COMMISSION DES FEMMES DU MMM :

« Faisons la guerre à la violence »


 FAM

 

La Commission des Femmes du MMM a tenu une conférence de presse ce matin pour dire qu’elle est outrée devant cette montée de violence dans le pays. Elle a réclamé la guerre à la violence. Elle a remis en question  l’efficacité  des mesures prises par le gouvernement contre la violence conjugale. Une nouvelle fois elle a fait une série de propositions pour faire face à ce fléau.

 

Lysie Ribot a exprimé son inquiétude face à ce dérapage social et sanglant. Elle a déclaré que ces derniers jours, la population a été témoin des cas atroces. Notre société est malade, a-t-elle ajouté. « Des multiples raisons peuvent être évoquées pour essayer d’expliquer l‘atrocité de ces cas. On pourrait penser que ce sont que des histoires de cœur qui ont mal tourné ou des cas de simple jalousie. Mais le mal est plus profond. Ce sont des cas d’hommes rongés par la jalousie et pire encore ils n’arrivent pas à accepté d’être délaissés, rejetés par leurs bien-aimées », selon elle.

 Josique Radegonde, pour sa part a exprimé l’indignation de la Commission devant la montée de la violence contre les femmes  « alor ki nou ena enn département spécifique pou mette en place bann mesures pou combattre la violence contre femme ki tombe sous la responsabilité de la ministre Martin». Elle a fait  état d’une récente étude où il est mentionné que 25% des femmes mauriciennes ont connu une expérience en forme de violence physique, verbale, harcèlement, humiliation, abus, maltraitance et menace au cours de leur vie. Les facteurs relatifs  à ces formes de violence  sont l’alcool, la drogue, pouvoir – mo enn zom, moi ki mari – relation extraconjugal et problème financier, a-t-elle souligné. Elle rappelle que seulement 3% de ces cas sont rapportés à la police et 2%  ont une couverture médiatique. La Commission tire la sonnette d’alarme depuis 2009, ce n’est qu’en 2012 que la ministre Martin avait annoncé quelle travaille sur un Domestic Violence Information System pour combattre la violence, rappelle-t-elle encore. Elle a réclamé une nouvelle fois un sursaut national et l’introduction des cours de civisme et de citizenship dans les écoles et également la présence d’un councellor dans chaque établissement scolaire pour pallier au manque de psychologue. Josique Radegonde a demandé à la ministre Mireille Martin de faire  montre de plus de compétence. « Nous nous posons la question sur la compétence de ce ministère, et sur l’efficacité des mesures qui ont été prises. » Elle propose une consolidation des lois visant à mieux protéger les femmes.

 Ariane Navarre-Marie a demandé ce que fait la ministre face à cette situation. Elle a dénoncé   cette dernière pour sa déclaration qu’elle ne peut mettre un  policier devant la maison de chaque femme. Ces propos ne sont pas rassurant et démontre la faillite de ce ministère. Elle réclame des excuses de la ministre.

 Françoise Labelle, de son côté, a évoqué les cas de tentative de suicide et des suicides. Depuis le début de l’année, une demi-douzaine de cas a été notée, a-t-elle souligné. Elle rappelle que depuis 2012 la Commission tire la sonnette d’alarme et demande la mise sur pied d’un comité interministériel sur ce problème. Ce cri de cœur est tombé dans des oreilles des sourds, déplore-t-elle. Elle a répété que le suicide est un problème de santé et de disfonctionnement social. L’Etat doit  jouer son rôle, dit-elle.

 Pour conclure Lysie Ribot est revenue sur les propositions faites en 2010, entre autres, l’éducation de nos garçons dès leur plus jeune âge, des cours de civisme et de valeurs humaines, le respect de l’autre, de la femme ; que la femme n’est pas la propriété de l’homme et que dans le cas de mésentente, qu’elle peut se séparer d’eux ; les enseigner à gérer leurs émotions  et qu’un problème peut se régler par le dialogue et non par les coups.Elle demande à tous de faire la guerre à la violence.

 

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1257:commission-des-femmes-du-mmm-&catid=1:latest-news&Itemid=44

BILAN PARLEMENTAIRE 2013

Epreuve douloureuse pour le gouvernement


 – 27 PNQ’s, 575 interpellations et 105 problèmes soulevés à l’ajournement par les députés MMM.


 BILAN

 

L’Assemblée nationale est entrée en vacances mercredi dernier. Elle reprendra ses travaux le 25 mars 2014. Depuis la reprise des travaux parlementaires, le 26 mars dernier, les députés du MMM faisant feu de tout bois, n’ont fait aucun cadeau au gouvernement. Vingt-sept Private Notice Questions ont été posées successivement par Paul Bérenger et Alan Ganoo. Quant aux  autres députés du MMM, ils ont adressé 575 questions parlementaires, nécessitant une réponse aussi bien orale qu’écrite. 105 problèmes dont 9 sur des cas spécifiques ont aussi été soulevés à l’ajournement.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1232:bilan-parlementaire-2013&catid=1:latest-news&Itemid=44

ASSEMBLEE NATIONALE

Paul Bérenger : « L’année parlementaire se termine mal »


CON


Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, Paul Bérenger a commenté entre autres les amendements qui seront apportés à la Banking Act et  à la  Public Procurement Act, le Sports Bill, la rentrée politique de 2014 et l’hommage à Nelson Mandela. Il a aussi annoncé son départ pour  Paris pour un check up de routine.


Abordant les travaux parlementaires, Paul Bérenger a déclaré: « L’année se termine mal à l’Assemblée nationale. Le gouvernement a trouvé toutes sortes de prétextes pour se sauver et pour éviter des interpellations et des Private Notice Questions ». Il est également revenu sur le Sports Bill qu’il a qualifié de projet de loi rétrograde  et dangereux. « Que chacun assume ses responsabilités devant l’histoire. Nous ferons, pour notre part, bloc pour barrer la route à toute tentative de faire renaître le sport communal », prévient-il.

 

Banking Act


CON  Paul Bérenger s’élève aussi contre les amendements qui seront apportés à la Banking Act. « Le gouvernement et la Banque de Maurice font croire qu’ils n’avaient pas les moyens légaux de combattre le Ponzi Scheme. C’est faux.  Ce n’est qu’un prétexte pour cacher leur incompétence. La loi sera amendée pour donner des pouvoirs que la BoM dispose déjà », a-t-il martelé. Il a également déploré le fait que la Financial Intelligence Unit (FIU) aura plus de pouvoirs. « C’est un dérapage dangereux. La FIU, est devenue un bouc émissaire après l’épisode du Ponzi Scheme. Or, on cherche à la dénaturer en lui donnant des pouvoirs qui l’autorise à faire des ‘fishing expeditions’. Quant à son directeur, il aura tous les pouvoirs sans que le conseil d’administration ait son mot à dire », a dénoncé Paul Bérenger. Il a fait un  appel à Xavier Duval pour qu’il fasse attention sur ce dossier. « Qu’il écoute les autres et n’entre pas tête baissée dans ‘calèche cassé’. L’histoire retiendra à quel point le ministre des Finances fera preuve de prudence et de sérieux à ce sujet. Reza Uteem et Kee Chong Li Kwong Wing étudieront le dossier et feront part de leurs analyses. Nous espérons que Xavier Duval les écoutera attentivement. D’autant plus que les ministres vont et viennent alors que les institutions et les lois restent », a-t-il fait ressortir.

 

LA MASA

 

Le leader du MMM dit aussi noter  un recul  au niveau de la démocratie en citant deux exemples. « Dorénavant, ce sont les représentants du gouvernement et quatre personnes nommées par le ministre de tutelle qui siégeront au sein du ‘board’ de la MASA. C’est une véritable provocation. C’est vrai que la MASA a des faiblesses, mais elle organisait des élections où les artistes étaient tous représentés au sein de son board », a-t-il souligné. Il a également dénoncé le fait que le ministre des Arts et de la Culture nommera les membres du centre culturel Nelson Mandela sans consulter les organisations culturelles alors qu’il était tenu de le faire auparavant.

Autresujet commenté : les amendements qui seront apportés à la  Public Procurement Act sur les appels d’offres. « Ces amendements apporteront moins de transparence. Nous espérons que Xavier Duval mesurera bien la portée de tout ce qui sera proposé », a-t-il soutienu.

 

CT Power

 

Paul Bérenger a aussi évoqué dans la même foulée son  regret  de n’avoir pas pu poser une PNQ sur CT Power. « Nous sommes en train de mettre notre destin entre les mains d’une compagnie dont on ne connaît même pas l’actionnariat », a-t-i ditl. Il se demande également qui financera la jetée pour le transport du charbon. « Est-ce que ce sera CT Power ou le CEB ? Si c’est le CEB, qui paiera la note ? C’est une véritable bombe cette histoire », a-t-il insisté.

 

Hommage permanent à Nelson Mandela



ASSEMBLEE NATIONALE  S’agissant de Nelson Mandela, s’il juge positif  le fait que l’Assemblée nationale a rendu un dernier hommage  à ce dernier, par contre il trouve que Navin Ramgoolam a raté l’occasion d’être  à la hauteur de l’événement en expliquant que les vraies démocraties comme l’Inde, les États Unis, la France, la Grande Bretagne et l’Australie et d’autres encore se sont faits un honneur d’être représenté par le gouvernement et l’opposition.


CON

 Il a ajouté : « Nous avons déjà un centre culturel Nelson Mandela, mais clairement ce n’est pas assez. C’est bien que Navin Ramgoolam ait proposé d’aménager une statue de Nelson Mandela dans la zone portuaire, mais ce n’est pas suffisant. J’ai mon propre idée pour rendre hommage de façon permanente à Nelson Mandela pour son héritage de courage, de principe, d’honnêteté et d’humilité. Je vais en discuter avec Navin Ramgoolam en espérant que nous arriverons à  un consensus », a-t-il conclu.

 

 

Paul Bérenger  à Paris pour un check up de routine

 

Paul Bérenger a  pris l’avion samedi soir pour se rendre en France pour faire un check-up de routine. « C’est purement un check-up de routine que je vais devoir effectuer tous les six mois », a-t-il affirmé. Le leader du MMM sera de retour au pays samedi prochain.

 

Les activités du MMM et la rentrée politique en 2014

 

Le MMM organisera sa fête de fin d’année ce 28 décembre. Paul Bérenger y tiendra son discours de fin d’année 2013 et du nouvel an 2014. Une nouvelle année qui sera, selon lui, cruciale. La rentrée politique 2014 sera marquée  par une conférence de presse du Remake le samedi 11 janvier. Ce jour-là, le MMM tiendra également sa première réunion de son comité central. Le bureau politique du MMM se réunira le 8 janvier. La réunion hebdomadaire du Remake est également prévue le même jour. Une assemblée spéciale des délégués est aussi prévue au début de février.

 

CPE et ZEP



CON

 

Le leader du MMM, en conclusion, a félicité tous les élèves ayant réussi aux examens du Certificate of Primary Education (CPE) ainsi que leurs parents, particulièrement, ceux des écoles des Zones d’Education Prioritaire (ZEP) comme Roche-Bois et Bois des Amourettes. Rappelant la torture que représentent ces examens, il a appelé les victimes du système à garder espoir en l’avenir.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1228:assemblee-nationale&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LA PRODUCTION D’ELECTRICITE

Paul Bérenger : « Avec CT Power le pays sera dépendant du charbon pendant 50 ans encore»


PNQ  La Private Notice Question du leader de l’opposition, adressée au ministre Beebeejaun, le vendredi 22 novembre, était axée sur la production de l’énergie électrique et le projet CT Power. Paul Bérenger a d’abord voulu  savoir si le Central Electricity Board (CEB) a prévu des mesures concrètes en ce qui concerne la production et la fourniture d’énergie électrique notamment durant les périodes de pointe et si les mesures de sécurité respectent les normes. Ensuite il a demandé à ce dernier quand de nouvelles unités de production d’électricité entreront en opération. Finalement il a interrogé le ministre sur le projet CT Power.

 Dans sa réponse, le ministre a donné la garantie qu’il n’y aura pas de blackout dans le pays, le CEB ayant pris les  mesures nécessaires, selon lui. « Le CEB dispose des services d’un département spécialisé pour les prévisions dans la demande d’électricité en se basant sur la tendance de la consommation ou encore la croissance économique. Le CEB se fie à des modèles éprouvés de l’International Atomic Energy Agency pour les besoins de ces analyses. La Peak Demand est de 447 MW pour 2013 et de 461 MW pour 2014 », a-t-il ajouté. Mais il a confirmé que les moteurs Sulzer de la station thermique de Fort Victoria fonctionnent à régime réduit, soit en raison des fissures décelées récemment ou des travaux de maintenance.

Le leader de l’opposition s’est dit préoccupé par le fait qu’avec le feu vert du gouvernement pour le projet de centrale de 100 MW à Pointe-aux-Caves, la décision stratégique de mettre à exécution le projet de Liquefied Natural Gas, une démarche d’avenir que ce soit sur le plan du coût ou environnemental, pourrait souffrir. Il est d’avis qu’avec CT Power Ltd, le pays sera dépendant du charbon pour produire de l’électricité pendant 50 ans encore.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1210:pnq-sur-la-production-delectricite&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR UNE COMPAGNIE D’ASSURANCES

Le groupe est en infraction avec les règlements de la FSC


PNQ

La PNQ du leader de l’opposition adressée au ministre des Finances, jeudi après-midi,  portait sur  une compagnie d’assurances faisnt partie d’un conglomérat.

Paul Bérenger a demandé au ministre si le Fonds monétaire international (FMI) aurait à plusieurs reprises fait part de ses inquiétudes quant aux opérations d’une compagnie d’assurances, si cette compagnie d’assurances  en fait partie d’un conglomérat, et si  une grande partie de ses actifs auraient été investies dans ses sociétés sœurs. Le leader de l’opposition a également voulu savoir si ce conglomérat a obtenu une licence pour des opérations bancaires et si cette compagnie d’assurances ne respecte pas les critères imposés par la Financial Services Commission (FSC) portant sur le barème de 10 % imposé pour tout investissement d’actifs dans des compagnies sœurs.

Dans sa réponse le ministre a concédéquele groupe est en infraction avec les règlements de la FSC. Une telle pratique pourrait avoir des répercussions sur le système financier du pays. C’est la mise en garde du Fonds monétaire international (FMI) quant aux opérations d’un conglomérat possédant une compagnie d’assurances, mais détenant aussi une Banking Licence, a ajouté le ministre. Il a expliqué que la FSC suit les choses de près et que le groupe a ainsi demandé un délai à cette dernière pour se mettre aux normes, soit décembre 2014.

Ces agissements ne représentent aucun danger pour le pays, a aussi tenu à indiquer le ministre des Finances. Le leader de l’opposition a mis en exergue le fait que le FMI a souligné que les répercussions pourraient être fatales sur le système financier du pays en cas de réclamations massives par des clients de la compagnie d’assurances. Paul Bérenger a cité l’exemple des Caraïbes où, il y a 8 ans, tout un système financier s’était écroulé par la faute d’une compagnie d’assurances agissant à la manière d’un système de Ponzi.

S’agissant dans lesquelles circonstances ce conglomérat a pu obtenir une Banking Licence, elles ont été critiquées dans le rapport de la FMI, a fait ressortir le leader de l’opposition. Les permis ont été octroyés par la Banque de Maurice, lorsque le groupe a racheté une autre banque, a expliqué le ministre des Finances.

Répondant  à une demande de Paul Bérenger, le ministre a déclaré que le rapport du FMI ne sera pas rendu public.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1209:pnq-sur-une-compagnie-dassurances&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LA VENTE DES TERRAINS DE L’ETAT

Paul Bérenger réclame des précisions au ministre Kasenally


PNQLa vente des ex-maisons de la CHA et des terrains de l’Etat a fait l’objet de la PNQ du leader de l’opposition, le  mercredi, 20 novembre. Adressée au ministre Kasenally, Paul Bérenger a voulu savoir si l’avis du SLO a changé après 2005 sur la vente des terrains où ont été construits des maisons de l’ex-CHA. Ensuite il a demandé au ministre si tous les propriétaires des  maisons de l’ex-CHA ont reçu leur titre de propriété concernant la maison et le terrain. Finalement, il a voulu connaître si l’amendement qui sera apporté à la State Land Act concernera aussi des personnes qui ont construit une maison sur un  terrain appartenant à l’Etat.

 Dans sa réponse le ministre  Kasenally a, d’abord, rappelé l’avis du Parquet datant de 2005 sur la vente des terres de l’Etat. Le State Law Office (SLO) avait estimé que les terres de l’Etat ne peuvent être vendues sauf si cela relève de l’intérêt public ou cela se fait en échange d’un autre terrain. Il a indiqué que 9 935 occupants de maisons ex-CHA ont obtenu leur titre de propriété. Quant aux pas géométriques sur lesquels se trouvent des maisons ex-CHA, des amendements constitutionnels ne sont pas nécessaires, a-t-il dit, en affirmant que des amendements seront apportés, lors du vote du Miscellanous Finance Bill 2013, pour permettre à  17 000 familles de 600 zones résidentielles des sites and services  de bénéficier des terrains qu’elles occupent.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1208:pnq-sur-la-vente-des-terrains-de-letat-&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LE LEVY IMPOSE SUR LES PRODUITS PETROLIERS

Paul Bérenger réclame une baisse des prix


PNQ

La PNQ du leader de l’opposition adressée au ministre de l’Industrie et du Commerce, Cader Sayed-Hossen, le mardi 19 novembre,  était axée sur le « levy » d’une roupie qui sera imposée sur chaque litre de carburant vendu à la pompe.

Il a invité le ministre, dans un premier temps, à donner les raisons pour lesquelles il n’y a pas eu de baisse dans les prix de l’essence et du diesel depuis le mois de mars. Ensuite il a réclamé le montant payé pour la prime au fournisseur, le fret et l’assurance depuis le 1er mars 2013, à ce jour. Et finalement il a voulu savoir le montant payé à ce jour pour le hedging et inviter le ministre à dire si le gouvernement compte abandonner ce projet.

Dans sa réponse le ministre a déclaré que le « levy » n’entraînera aucune hausse du prix des carburants et celui du ticket de bus. Il a indiqué que depuis le mois de mars Rs 586 millions ont été versées au Price Stabilization Account à partir d’un surplus réalisé sur la vente des carburants et que la State Trading Corporation (STC) a déjà récupéré Rs 4,94 millards sur l’exercice de « hedging » effectué en 2008.

Paul Bérenger a dénoncé  le fait que ce sont les gros opérateurs  qui bénéficieront de ce levy alors que les petits opérateurs qui sont en difficultés seront exclus de ce plan. Avec les chiffres effarants des Hedging Losses et les injections de fonds dans le Price Stabilization Account et les fonds non dépensés transférés au Consolidated Fund, le moment n’est-il pas venu pour faire bénéficier les consommateurs d’une baisse des prix sans compter qu’il y a une somme de Re 1.85 dans la structure des prix pour la RDA, a dit Paul Bérenger.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1207:pnq-sur-le-levy-impose-sur-les-produits-petroliers&catid=1:latest-news&Itemid=44

COMMONWEALTH

Paul Bérenger : « Maurice doit sérieusement songer s’il doit demeurer un membre»


CON


Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, samedi, Paul Bérenger est revenu sur le sommet du Commonwealth et sur ses PNQ’s au cours de la semaine.


Revenant sur le sommet du Commonwealth, Paul Bérenger a commenté l’annonce faite par Ramgoolam, à l’effet qu’il ne se rendra pas finalement au Sri Lanka pour le présent Sommet du Commonwealth. Selon lui, c’est suite aux pressions exercées d’une part, par le MMM et de l’autre, par les organisations tamoules, que Navin Ramgoolam a pris une telle décision. Il est clair aussi que, si jamais le Premier ministre indien, Manmohan Singh, n’avait pas décidé de boycotter ce Sommet, Ramgoolam s’y serait rendu”, a affirmé Paul Bérenger. Sinon malgré tout ce qui se passe là-bas, Ramgoolam allait partir, a-t-il ajouté. Il a reproché à ce dernier d’avoir tout fait pour que Sri Lanka accueille le Sommet en 2013  et a affirmé que c’est à cause de lui que ce pays va présider cette instance durant deux ans.Le pays doit sérieusement songer s’il doit demeurer un membre du Commonwealth ou pas car cette instance ne respecterait, pas ses propres valeurs, selon lui.« Le Commonwealth s’est doté de soi-disant nouvelles ‘core values’ qui comprennent la démocratie, le ‘rule of law’, les doits humains et les droits des petits États comme Maurice. Mais cette instance ne les respecte pas dans certains cas et c’est pour cela que je dis que la question qui mérite d’être posée est celle-ci : est-ce que Maurice doit continuer à rester membre du Commonwealth », s’est-il demandé.Le leader du MMM a circulé un article de ‘The Economist’ en date du vendredi 15 novembre qui titre ceci : « Unreformed, the Commonwealth deserves to die. Improved, it could be rather useful ». Article dans lequel mention est faite du génocide au Sri Lanka, pays qui accueille actuellement le Sommet du Commonwealth.

Paul Bérenger a rappelé que quand il était Premier ministre, il avait  envisagé de retirer Maurice du Commonwealth afin de pouvoir poursuivre la Grande-Bretagne devant les instances internationales sur la question des Chagos.


Marchands ambulants


CON

Paul Bérenger s’est aussi revenu sur ses différentes PNQ de la semaine écoulée. S’agissant des marchands ambulants il a avancé : « La mairie de Port-Louis était sur le point de trouver une solution et voilà que Hervé Aimée vienne donner un coup de tête antidémocratique». Selon lui,  le Premier ministre et le ministre Bachoo, sont demeurés impuissants et incapables de réagir à ce coup de tête du ministre Aimée alors deux autres ministres, à savoir Rashid Beebeejaun et Shakeel Mohamed, ainsi que le PPS Abdullah Hossen, se sont, eux, faits les complices du ministre des Administrations régionales dans cette affaire. Il juge dramatique qu’en fin de compte toutes les parties concernées, soit les marchands eux-mêmes, les commerçants ainsi que les membres du public en général, vont faire les frais de la décision ministérielle.
Paul Bérenger trouve qu’Hervé Aimée n’a même pas pris la mesure des conséquences de sa décision pour le gouvernement qui, a-t-il dit, ne perd rien pour attendre. Il a souligné  qu’en pas moins de quatre occasions à l’Assemblée nationale, il a défié le ministre des Administrations régionales de citer ne serait-ce qu’un seul nom d’un supposé petit copain à qui le maire de Port-Louis aurait fait une faveur lors de l’exercice d’allocation des places sur les deux sites initialement identifiés pour caser ces marchands.

 

Football à l’ancienne formule

 

Pour ce qui est d’un retour du football à l’ancienne formule, Paul Bérenger estime que « c’est rétrograde, communal et dangereux et c’est Navin Ramgoolam qui est derrière cette décision ». Il lance un appel aux jeunes, leur demandant de dire non, car la seule solution est une vraie régionalisation de notre football avec des moyens financiers.

 

Télé privée

 

Quant à la  télé privée il a déclaré : « Il y a une confusion totale de la part de Navin Ramgoolam qui est un faux démocrate et il est clair que c’est le PMO qui a suggéré à Xavier Duval de mettre cela dans le Budget ».

 

Le CPE

 

Au chapitre du CPE, le leader du MMM a trouvé que sa PNQ d’hier matin est venue révéler la  mauvaise foi du ministre de l’Éducation, plus encore que celle du Premier ministre. Il a souligné que la réforme éducative mise en chantier entre 2000 et 2005 par le ministre MMM de l’Éducation d’alors, Steve Obeegadoo, tendait vers la réforme du CPE. Réforme qui, dit-il, devait toutefois être sabotée par le PTr et son ministre Dharam Gokhool dès leur prise du pouvoir en 2005.
Pour Paul Bérenger, la question qui importe aujourd’hui tourne autour du CPE “as a selection process”. Il souligne que, dans son discours budgétaire, Xavier Duval est venu préconiser, avec raison, l’élimination de cette « selection process » qui constitue un crime contre les enfants. Il dit constater le contrasteentre ce qu’a avancé le ministre des Finances et le point de vue des travaillistes sur toute la question à la lumière des réponses fournies hier par le ministre Bunwaree.

 

Relations au sein du gouvernement entre le PTr et le PMSD

 

À l’heure des questions, le leader du MMM devait indiquer que, comme l’an dernier, il n’interviendra pas personnellement lors des débats budgétaires, ne se contentant que de ses PNQ. Quant aux relations au sein du gouvernement entre le PTr et le PMSD, il juge que, plus que de l’eau dans le gaz, la situation s’apparente davantage à de l’essence dans le gaz.

 

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1204:commonwealth&catid=1:latest-news&Itemid=44

Les memes valeurs. Les memes principes