LORS DU DINER ANNUEL DU MMM – 28 DECEMBRE 2016

Paul Bérenger : « Opposition unie oui mais pas question de rapprochement »

-Il dément aussi les rumeurs de rapprochement avec le MSM et rappelle que le MMM se prépare à aller seul aux prochaines élections.

DINE

Lors du dîner annuel du MMM au Domaine Anna à Flic-en-Flac, ce mercredi 28 décembre, Paul Bérenger a précisé  que même si l’opposition est appelée à travailler ensemble, le  MMM et le PMSD c’est le jour et la nuit. Il a ajouté, pas question de travailler avec Navin Ramgoolam et pas de rapprochement aussi avec le MSM. Il a aussi rappelé que le MMM se prépare à aller seul aux prochaines élections.

Tout sépare le MMM du MSM aujourd’hui a dit  Paul Bérenger lors de son discours. Il a expliqué qu’il y a «boukou koze MMM-MSM dan ler», mais précise qu’il n’est pas question d’aucun rapprochement entre les deux partis. «Kan mo reflesi zafer Boskalis mo anvi vomi», dit-il. Il a ajouté que si le  MMM dit oui pour une unité de l’Opposition parlementaire, mais il précise que «nous n’avons rien à voir avec Navin Ramgoolam et que tout le monde sait que le MMM et le PMSD, c’est le jour et la nuit.» Faisant le bilan de l’année, il a affirmé que c’est bon que le gouvernement ne détient plus une majorité de ¾ à l’Assemblée. Il a aussi tenu  à dire bravo aux avocats qui ont pris position contre l’amendement constitutionnel et aussi au PMSD pour sa décision de quitter le gouvernement.

Selon le leader du MMM, 2017 sera un tournant et que le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth ne quittera pas son poste «tan ki so la sante permet li, li pou akros li». Pour lui, c’est dans l’intérêt du pays qu’il y ait des élections générales assez vite en 2017. Il a annoncé que dès janvier, le MMM se mettra au travail. « Nous nous préparerons ‘pou prosen eleksion ‘, c’est-à-dire: 60 candidats, beaucoup plus de jeunes et de femmes, travailler sur le « shadow Cabinet » et mettre à jour notre programme», a-t-il dit pour conclure.


Source: Le Militant

SITUATION POLITIQUE – 20 DECEMBRE 2016

Paul Bérenger démissonne comme leader de l’opposition

-Rajesh Bhagwan comme whip de l’opposition et Veda Baloomoody comme président du PAC.

CON

Le MMM a animé une conférence de presse ce mardi matin, 20 décembre.  Paul Bérenger a annoncé qu’il a soumis sa démission comme leader de l’opposition à la Présidente de la République. Il a aussi annoncé que le MMM ne participera pas à la séance parlementaire du jour et que Rajesh Bhagwan a soumis sa démission comme whip de l’opposition et Veda Baloomoody comme président du Public Accounts Committee  .

Le leader du MMM dit avoir pris cette décision car c’est le PMSD qui est maintenant le parti de l’opposition qui a le plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale après que ce parti a démissionné du gouvernement. Il a  précisé que la Constitution est claire à ce sujet : c’est le leader d’un parti de l’opposition qui a le plus grand nombre de députés qui doit être nommé leader de l’opposition. «Le PMSD a 11 députés alors que nous en comptons 6. Par respect à moi-même et au Parlement j’ai tenu à me retirer», a-t-il dit. Il a  tenu à préciser que le PMSD n’a exercé aucune pression pour qu’il soumette sa démission. Il a aussi annoncé que les députés du MMM ne seront pas au Parlement aujourd’hui. «Nou pa anvi al asiz dans mem plas ki avan, se pour sa ki nou pa pe al parlma azordi.» Il affirme qu’il ne veut pas donner l’impression qu’il s’accroche à ce poste. La meilleure chose serait de renvoyer les débats, a-t-il une nouvelle fois réclamé. Mais il a précisé que s’il y a des débats sur le Prosecution Commission Bill, demain, il interviendra.

Rajesh Bhagwan, qui occupait le poste de whip de l’opposition et Veda Baloomoody celui de président du Public Accounts Committee  ont eux aussi soumis leur démission.

Pas question que le MMM entre au gouvernement.

A une question de la presse  sur un possible rapprochement avec le MSM, Paul Bérenger a répondu qu’il est hors de question que son parti entre au gouvernement. «C’est out, complètement. C’est une pourriture», a-t-il dit. Et quant à l’unité des partis de l’opposition, il a précisé qu’il est pour l’unité d’action parlementaire et non politique. 


Source: Le Militant

APRES LE DEPART DU PMSD – 19 DECEMBRE 2016

Le MMM propose au GM de renvoyer tous les débats  à l’année prochaine 

AP

A l’issue de la réunion de son bureau politique, le MMM a tenu un point de presse pour commenter la situation politique. Paul Bérenger a proposé au gouvernement de renvoyer tous les débats autour de projets de loi  à l’année prochaine après la séance de demain, mardi 20 décembre.

Paul Bérenger a annoncé qu’il ne posera pas de PNQ lors de la séance de demain, mardi 20 décembre  en précisant  qu’il y aura la séance questions-réponses au ministre. Il a ajouté qu’il n’a pas encore démissionné comme leader de l’opposition. Mais a affirmé que la Constitution est claire : c’est le leader d’un parti de l’opposition comptant le plus grand nombre de députés qui doit être nommé leader de l’opposition. Il a poursuivi en disant ne  pas être attaché à ce poste et que tout est entre les mains de la présidence.  «Ena enn pwin interogasion lor tou sa la. Bizin atan demin pu kone ki pu arive me mo pre a diskit avek Xavier Duval», a-t-il fait ressortir. Il a toutefois tenu à préciser que le MMM proposera de renvoyer tous les débats autour de projets de loi, y compris le Prosecution Commission Bill, qui sont à l’ordre du jour pour les séances de mardi 20 et mercredi 21 décembre, à la rentrée de l’Assemblée nationale en 2017. Il a ajouté «  Li dan zot lintere pa vinn de lavan avek proze de lwa la. Si zot fer teti zot vinn de lavan, nou pou pran par plin plin dan deba». 


Source: Le Militant

PROSECUTION COMMISSION BILL – 17 DECEMBRE 2016

Le MMM demande solennellement au gouvernement de renvoyer les débats

-Le MMM est ‘open minded’ sur la question mais  totalement contre la précipitation et la mise en place d’une commission.

CON

Le Prosecution Commission Bill a été le seul sujet commenté par Paul Bérenger lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 17 décembre. Il a tenu à  expliquer sa position sur ce sujet alors qu’il était Premier ministre en 2003. Il s’est aussi  interrogé sur la précipitation et la mise en place d’une commission et la rétroactivité de trois ans de ce bill.

Pour Paul Bérenger, il faut faire la différence entre le fond et la forme. Sur la forme : la façon de faire où « tou dimoun pe kondan le rush ». Il a salué le Bar Council et des personnalités telles que Mes Moollan, Domaingue et Pursem entre autres. Il a expliqué qu’« en 2003, il y avait unanimité contre la concentration du pouvoir dans les mains d’une seule personne. Selon lui, il a été le premier à lancer le débat sur ce sujet. Mais depuis, il y a eu le jugement dans l’affaire Mohit. C’était un tournant. N’importe qui peut contester le DPP à la Cour suprême». Il a rappelé «que, nous n’avions fait aucune proposition concrète à l’époque. Il n’y avait que des consultations»,en précisant qu’aucun amendement à la constitution n’avait été suggéré. Selon lui, dans certains pays, la fonction du DPP est collégiale et c’était une des possibilités qui étaient à l’étude à l’époque.«Mo finn deman SAJ ran ban dokiman piblik pou kone ki mo ti pé dir. Li finn refize», a-t-il déploré. Il a tenu à préciser que même si le MMM reste ouvert aux débats sur le changement du fonctionnement dans le rôle du DPP, une telle commission est définitivement exclue. «Nous sommes ‘open minded’ sur la question. Par contre, nous sommes totalement contre la précipitation et la mise en place d’une commission», a-t-il déclaré.

 Rétroactivité de trois ans

Il s’interroge sur la rétroactivité de trois ans : la Prosecution Commission sera investie de pouvoirs pour examiner les décisions prises par le DPP et aux raisons de l’empressement dans cette affaire. Pour lui, le gouvernement souhaite régler ses comptes avec le DPP, pour  les affaires rayées contre Navin Ramgoolam mais aussi la décision du DPP de faire appel contre le jugement de la Cour suprême dans l’affaire Medpoint. Il faut faire la différence entre le poste et  la personne, dit-il. Cette commission va engorger le système judiciaire, tous les avocats vont vouloir rouvrir des affaires, selon le leader du MMM.

Le MMM, dit-il, demande solennellement au gouvernement de renvoyer les débats sur le Prosecution Commission Bill et il faut à la place débuter des consultations sur ce projet de loi.

Réunion  du bureau politique

Le bureau politique du MMM se réunit en urgence ce samedi 17 décembre pour examiner ce Bill. Une action commune avec certains partis de l’opposition pour contrer ce projet de loi sera à l’agenda lors de la  réunion de cette instance lundi prochain après ‘un week-end en réflexion’, a dit le leader du MMM.


Source: Le Militant

PNQ SUR LE METRO EXPRESS – 15 DECEMBRE 2016

Le ministre Bodha refuse de révéler le coût du projet

PNQ

La PNQ du leader de l’opposition  axée  sur le dossier Metro Express ce  jeudi 15 décembre était adressée au ministre des Infrastructures publiques et du transport, Nando Bodha. Paul Bérenger a voulu savoir : « Whether, in regard to the Mauritius Light Rapid Transit Project/Metro Express Project, he will state – (a) if the Singapore Cooperation Enterprise has submitted the final Repor t thereof and, if so, if consideration will be given for the rendering public thereof; (b) if the Trace thereof and the number of stations therefor have now been finalized; (c) the revised cost and the mode of financing thereof; (d) if the foreign firms which will be involved in the design, construction and operation thereof have been selected; and (e) if consultations are being held with the employees and the unions, the bus companies and the small transport operators in relation to the implementation thereof? »

Dans sa réponse le ministre a déclaré que les travaux dureront  4 ans à partir du 12  mars. Deux firmes indiennes, Afcons et Larsen & Toubro ont été identifiés pour le Detailed Design en attendant la confirmation de Preferred Bidder, a-t-il annoncé. Il a ajouté que le Metro Delhi opérera le Light Rail Metro avec une composante de formation et les Mauriciens prenant en charge le réseau de Mass Transit après cinq ans. Quant à son  trajet il sera entre Curepipe et Port-Louis avec 19 stations, dont cinq Urban Terminals. En ce qu’il s’agit des employés du transport public, il a dit que le métro léger ne sera pas une menace pour eux. Des consultations sont prévues avec les compagnies d’auto bus, les taxis et les syndicats, a-t-il dit. Mais il a répondu que le rapport retravaillé par la SCE ne sera pas rendu public, car cela pourrait compromettre l’exercice d’appel d’offres en cours. Malgré l’insistance du leader de l’opposition, il n’a pas voulu révélé le coût du projet.

Lire la PNQ intégralement sur mauritiusassembly.govmu.org  

 

 


Source: Le Militant

QUESTIONS PARLEMENTAIRES POUR LA SEANCE DU 20 DECEMBRE 2016

Les visites des PPS aux prisonniers, les ‘provisional charges’ et les  caméras CCTV à l’Auditorium Octave Wiehé à l’agenda

PQAvec  la PNQ très attendue du leader de l’opposition et des sujets tels que les visites des PPS aux prisonniers, l’affaire BAI, les  ‘provisional charges’ et les caméras CCTV installés à l’Auditorium Octave Wiehé parmi les questions inscrites à l’ordre du jour de cette séance par les députés du MMM risquent de provoquer encore une fois des étincelles.

Reza Uteem interrogera le Premier ministre par rapport aux visites effectuées par des PPS aux prisonniers pour en 2015 et 2016. Il demande à ce dernier d’obtenir des informations auprès du commissaire de police sur le nombre de visites et dans chaque cas le nom du PPS et celui du prisonnier et à quel propos. Au ministre des Finances, il réclamera des détails sur la DBM concernant sa situation financière et où en est le projet de sa restructuration. Il veut aussi des détails au ministre de la Bonne gouvernance  sur le BAI Group Pension Fund et au ministre de la Pêche sur la Mauritius Maritime Training Academy.

Rajesh Bhagwan, pour sa part, interrogera le PM par rapport aux ‘provisional charges’. Il demande à ce dernier d’obtenir du commissaire de police le nombre de personnes concernées depuis janvier 2016 à ce jour en indiquant le nombre de cas logés en cour et ceux encore sous caution. Il veut aussi des détails au ministre des Finances sur le président du Mauritius Enterprise en ce qui concerne les conditions de son contrat, le nombre de ses voyages outremer les pays visités, le montant de ses ‘per diem’ et autres allocations. A la ministre de l’Education, il réclamera des détails sur les conseillers postés à son ministère depuis décembre 2014 à ce jour et au ministre des Utilités publiques des détails sur le ‘General manager’ du CEB.

Veda Baloomoody, de son côté, interrogera le PM par rapport à l’Université de Maurice. Il demandera à ce dernier s’il est au courant que la police a demandé la permission à l’UOM pour l’installation des caméras CCTV dans la salle de conférence de l’Auditorium Octave Wiehé et s’il peut expliquer son utilité.

Franco Quirin, comme à l’accoutumée interpellera le ministre de la Jeunesse et des Sports. Par rapport à la couverture d’assurance des athlètes, il demandera si toutes les fédérations respectent la Section 5 de la Sports Act 2013. Dans l’affirmative, il veut connaître les conditions attachées. Il veut aussi connaître du ministre des Collectivités locales où en est le projet de rénovation du théâtre de Port Louis et la salle municipale de Curepipe comme mentionné dans le ‘budget estimate’ 2016/17.

Lire les réponses sur mauritiusassembly.govmu.org


Source: Le Militant

PNQ SUR LA PROSECUTION COMMISSION – 14 DECEMBRE 2016

Paul Bérenger: « Avec le jugement du Privy Council de 2006, toutes les décisions du DPP sont sujettes à des Judicial Reviews»

PNQ

Le leader de l’opposition a interrogé le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, ce mercredi 14 décembre, lors de sa Private Notice Question (PNQ)  sur le comité ministériel mis sur pied pour amender la section 72 de la constitution. Paul Bérenger a voulu savoir : « Whether he will state if a Ministerial Committee has been set up to discuss proposed amendments to section 72 of the Constitution to provide for the creation of a Prosecution Commission and, if so, indicate– (a) the terms of reference and composition thereof; (b) if consideration will be given for all the documents circulated in relation to the said proposed amendments since 2000 to be rendered public; and (c) if it is proposed to introduce a Constitution Amendment Bill with the objective of amending section 72 of the Constitution to provide for the creation of the said Prosecution Commission before the end of the year and, if so, indicate how it will take into consideration the Judgment of the Lords of the Judicial Committee of the Privy Council in the case of Jeewan Mohit v/s The Director of Public Prosecutions of Mauritius in 2006? »

Dans sa réponse le PM a déclaré que c’est le Conseil des ministres qui décidera ce vendredi 16 décembre si le gouvernement ira de l’avant avec une Prosecution Commission et que le comité interministériel, présidé par le Premier ministre adjoint Xavier-Luc Duval, comprend Pravind Jugnauth, Ivan Collendavelloo, Pradeep Roopun, Ravi Yerrigadoo, Nando Bodha et Roshi Bhadain. Il a ajouté qu’il ne serait pas approprié à ce stade de divulguer les informations concernant la Prosecution Commission . «We will do our best to have it as soon as possible», a-t-il dit.  Le leader de l’opposition lui a fait remarquer que ce gouvernement n’a aucun mandat pour amender la section 72 de la Constitution par rapport aux pouvoirs du DPP. Paul Bérenger lui a aussi rappelé qu’avec le jugement du Privy Council de 2006, toutes les décisions du DPP sont sujettes à des Judicial Reviews et que la dernière démarche du gouvernement est inacceptable.

Lire la PNQ intégralement sur mauritiusassembly.govmu.org

 

 


Source: Le Militant

SITUATION POLITIQUE – 10 DECEMBRE 2016

Paul Bérenger : « Si cette situation perdure SAJ finira par faire beaucoup de tort au pays »

CON

Paul Bérenger a commenté la situation politique lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 10 décembre. Le ‘deal papa/piti’, le metro express, le rapprochement militaire entre les États-Unis et l’Inde et le bilan du gouvernement et celui du MMM ont aussi fait l’objet de ses commentaires.

 Le leader du MMM commentant la situation politique a déclaré : « sir Anerood Jugnauth (SAJ), contrôle de moins en moins la situation dans le pays. Si cette situation perdure, il finira par faire beaucoup de tort au pays. Nous serons obligés de mener alors campagne pour exiger son départ et la tenue des élections générales, s’il  persiste à rester au pouvoir ».

‘Deal papa/piti’

Un deal inacceptable, a-t-il ajouté concernant l’accession de Pravind Jugnauth au poste de Premier ministre. Le MMM appelle de ce fait à ce que «tou dimounn ki defann la demokrasi maryé piké pou al kont deal ‘papa-piti’».Mais il dit noter un changement de position, de la part de SAJ, sur la question de passation de pouvoir et que Pravind Jugnauth serait rentré dans les rangs.Quant à l’action commune de l’opposition sur cette question, telle que souhaitée par Navin Ramgoolam, elle  a perdu un peu de son importance mais reste néanmoins d’actualité, selon lui. Ce sera à l’agenda du bureau politique du MMM ce lundi 12 décembre, a-t-il ajouté. «Inikman lor deal ‘papa-piti’. Nou touzour mintenir ki MMM pou al tousel dan eleksion ».  Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que le MMM préconise une action commune de l’opposition, sans aucune alliance, en rappelant qu’en  1975 une telle action pour réclamer des élections générales.

Metro express

 Il est aussi revenu surle projet Metro express, où il dit noter qu’un flou y règne toujours. «Combien cela coutera au pays ? Sous Ramgoolam, on parlait de Rs 25 milliards. Maintenant on cite Rs 15 milliards. Ki manier pou finanse? Nou bizin kone».  Il réclame que le rapport ‘updated’ des Singapouriens soit rendu public et un  dialogue avec les employés, les syndicats et les compagnies du secteur du transport. 

Rapprochement militaire entre les États-Unis et l’Inde

Il a aussi abordé l’accord entre l’Inde et les États-Unis, soit un rapprochement militaire stratégique entre ces deux pays. Il s’interroge sur l’impact de cet accord sur le dossier Chagos.

Bilan du gouvernement et celui du MMM

Bilan totalement négatif pour le gouvernement mais très positif pour le MMM. Deux ans après les élections, il est fier du bilan des mauves, a-t-il répondu à une question de la presse.


Source: Le Militant

PNQ SUR LE TiSA – 6 DECEMBRE 2016

Plaidoyer de Paul Bérenger pour que les partenaires socio-économiques fassent partie intégrante des négociations en cours

PNQ

Le leader de l’opposition a adressé sa PNQ  au ministre des Affaires étrangères axée sur le Trade in Services Agreement (TiSA). ce mardi 6 décembre 2016,  Il a voulu savoir:“Whether, in regard to the Trade in Services Agreement (TiSA), involving the European Union, the United States of America, the Republic of Mauritius and 20 other countries/Parties, he will state – (a) the reasons for the exclusion of the People’s Republic of China, the Republic of India and the Republic of South Africa therefrom; (b) if same will be signed shortly; (c) if the core text and annexes thereof and the Mauritius Market access offer have been discussed with all the stakeholders involved therein; and (d) if the European Union has given assurances that same will not weaken the public services or allow for the privatization thereof?”

Le ministre des Affaires étrangères, Vishnu Lutchmeenaraidoo, se trouvant à l’étranger, c’est le ministre de la Santé, Anil Gayan qui a répondu à la question. Selon lui, le TiSA n’est pas une menace pour notre pays et que les services publics ne seront pas privatisés. L’Inde et l’Afrique du Sud n’ont pas demandé à y faire partie et quant à la Chine, il ignore  qui sont les pays qui n’ont pas accepté sa participation aux négociations, a-t-il dit. Il a ajouté que les négociations sont toujours en cours et qu’aucun accord ne sera signé de sitôt et que Maurice prend part aux négociations de TISA car le pays pourra exporter ses services. Paul Bérenger a fait un vibrant plaidoyer pour que les partenaires socio-économiques – syndicats, organisations faisant partie de la société civile, Business Mauritius, représentants du secteur privé – fassent partie intégrante des négociations en cours, compte tenu des conséquences de l’adoption des accords sous le TiSA.

Lire la PNQ intégralement sur mauritiusassembly.govmu.org  


Source: Le Militant

LE DOSSIER CHAGOS – 3 DECEMBRE 2016

Paul Bérenger : « SAJ se trompe sur la résolution qui devrait être présentée à l’assemblée générale de l’ONU »

CON

Paul Bérenger  est revenu sur le dossier Chagos lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 3 décembre. Il a aussi commenté les élections à Rodrigues, le Police (Membership of Trade Union) Bill, le Trade in Services Agreement (TiSA) et l’installation de caméras à l’Auditorium de l’université, à Réduit..

Evoquant sa Private Notice Question(PNQ) de ce mardi sur les Chagos, Paul Bérenger a déclaré : « Je condamne l’attitude des Britanniques. Mais je suis inquiet. Il est clair que SAJ malgré sa bonne volonté, se trompe sur la résolution qui devrait être présentée à l’assemblée générale des Nations unies». Il se dit choqué par la réponse du Premier ministre. «SAJ pense que ce serait automatique pour Maurice de se rendre à l’assemblée générale de l’ONU avant le mois de juin mais il se trompe. Ce, alors que l’assemblée a précisé que‘there would be no consideration of the item before june 2017», a-t-il fait ressortir. Il se dit  encore une fois choqué par la réponse de sir Anerood Jugnauth lorsqu’il lui a demandé ce que les Anglais voulaient dire par «sovereignty umbrella». «I don’t know», avait répondu ce dernier. «C’est lamentableLi kler zot pa inn fer zot homework», rappelle-t-il. Il a déploré le fait que SAJ n’a pas convoqué le comité parlementaire sur les Chagos en urgence après tout cela.

Les élections à Rodrigues

Quant aux élections à Rodrigues. Paul Bérenger se dit attristé car l’Assemblée régionale a voté la motion dans un cafouillage avec trois membres de l’opposition suspendus et l’opposition absente. C’est triste, dit-il : «  person pa satisfe mem  l’OPR pa finn gagn satisfaksion parski li ti diman rezet proporsionel».Malgré cela il ne blême pas les Rodriguais, dit-il.  Il a ajouté : «Seki nou ti demande : nou al dan eleksion dan sistem aktiel et apre a tet repoze nou gete ». Le leader du MMM a également lancé un appel à l’opposition de ne pas boycotter les élections régionales.

Police (Membership of Trade Union) Bill

Commentant la présentation à l’Assemblée nationale du projet de loi Police (Membership of Trade Union) Bill, le leader du MMM a dit que le MMM accueil favorablement cette décision qui est un pas en avant. Il a ajouté : « Kan gouvernma fer bon kitsoz li gat tou.». Pour lui « la polis fer sindika nou dakor me kot  pa korek kan zot dir sindika pa gagn drwa amalgame avek lezot sindika et form federasion avek lezot sindika ». Il a souhaité bonne chance aux policiers, en leur promettant qu’il suivra la situation de près et interviendra quand le besoin se fera sentir.

Trade in Services Agreement

Paul Bérenger a aussi expliqué qu’il suit la situation de près concernant le rôle de l’île Maurice sur le Trade in Services Agreement (TiSA). Il a ajouté qu’il il y a un front anti-TiSA qui a pris contact avec lui et qu’il prend ses responsabilités pour venir avec une PNQ sur ce sujet. Le MMM réclame la transparence sur ce dossier, a-t-il dit.

CCTV à l’auditorium Octave Wiehé

Et sur l’installation de caméras de surveillance à l’auditorium Octave Wiehé à Réduit, il réclame des explications du commissaire de police, Mario Nobin sur le pourquoi de cette démarche, surtout, à la veille de l’adoption à l’Assemblée nationale des amendements à la Prevention of Terrorism Act (PoTA), dit-il.

.


Source: Le Militant