PNQ SUR LE TRAFIC DE DROGUE – 22 NOVEMBRE 2016

Paul Bérenger énumère une série de circonstances où le commissaire de police ne serait pas montré à la hauteur de ses responsabilités 

PNQ

La PNQ du leader de l’opposition de ce mardi 22 novembre, adressée au Premier ministre, était axée  sur le trafic de drogue plus particulièrement sur les policiers et les membres de la Very Important Person Security Unit (VIPSU) arrêtés dans les affaires de drogues. Paul Bérenger a demandé à ce dernier :“Whether, in regard to drug related offences, he will, for the benefit of the house, obtain from the Commissioner of Police, information as to – (a) the Police Officers who have been involved therein in 2014, 2015 and 2016 respectively, indicating if any were Officers attached to the Very Important Persons Security Unit or to the Anti–Drug and Smuggling Unit; and (b) where matters stand as to the inquiry initiated into the – (i) Arvind Hurreechurn case, indicating – (A) the number of cells of the Moka Detention Centre in which the cameras of the CCTV Surveillance System were in good working order; and (B) if a link has been established between this case and a gaming house operating in Rivière du Rempart; and (ii) case of the recent seizure of drugs at St Rose, in Reunion Island?”

Dans sa réponse le PM a déclaré que 21 policiers, dont l’officier de la VIPSU affecté à la sécurité de sa résidence, ont été appréhendés pour des délits  de trafic de drogue entre 2014 et 2016. Il a ajouté que les 43 caméras dont dispose le Detention Centre de Moka.ne sont  en état d’enregistrer. Paul Bérenger a énuméré une série de circonstances où le commissaire de police ne serait pas montré à la hauteur de ses responsabilités à la tête de la force policière. Le PM qui a avoué s’être pris ses distances en une ou deux occasions du commissaire de police et étonné que le membre de la VIPSU arrêté était affecté à la sécurité de sa résidence, ne compte pas lui demander de ‘step down’  Il a aussi refusé de confirmer qu’il y aurait une méfiance des autorités françaises envers la police de Maurice dans l’enquête de saisie de drogue à Sainte Rose, La Réunion.

Lire la réponse intégralement sur mauritiusassembly.govmu.org 


Source: Le Militant