OBITUAIRE – Le Militant

Adieu Ida

 

Ida Jababa, sœur de feu Fareed Muttur, militante de la première heure nous a quittés. Infatigable, elle militait au sein du régional no 19 et était présente à tous les combats. Ses funérailles auront lieu ce mercredi 23 mars. Le convoi sortira de la maison mortuaire à Plaisance, Rose-Hill (en face de l’école primaire) à 11h45  pour se rendre à l’Eglise Notre Dame de Lourdes à 12hr30 et de-là au cimetière de St-Jean. Le MMM, le régional no 19 et Le Militant présentent ses plus vives sympathies à ses proches et à tous ceux et celles que ce deuil afflige.

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1565-obituaire

L’AFFAIRE V. LUTCHMEENARAIDOO – Le Militant

Paul Bérenger : « C’est une honte pour le pays et pour ce dernier qui soit encore ministre»

CON

Paul Bérenger a, lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 19 mars, abordé l’affaire  Lutchmeenaraidoo et  les coupures d’électricité. Il est aussi revenu sur l’affaire BAI.

Abordant l’affaire Lutchmeenaraidoo, il a déclaré que «c’est une honte pour le pays et pour ce dernier qui soit encore ministre». Mais l’une des raisons pour lesquelles il est toujours en poste est que s’il est révoqué, il y aura une partielle au n°7. Ils se tiennent par la barbichette comme disent les Français » selon lui.  Il a ajouté : « Il traîne des casseroles en or. Nous sommes le seul pays  au monde où un ministre des Finances fait des spéculations sur l’or.»  Même si le MMM n’a aucune confiance en l’ICAC, il suivra la pseudo-enquête de cette dernière, a promis le leader du MMM. Il a aussi dénoncé le gouverneur de la Banque de Maurice en lui lançant  une mise en garde. «Il devra lui aussi rendre des comptes», a-t-il dit.

L’affaire BAI

Paul Bérenger est revenu sur  l’affaire BAI. Il a dénoncé une nouvelle fois le ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, Roshi Bhadain. «J’avais dit qu’il y aurait un trou de Rs 10 milliards, alors que Bhadain affirmait que l’on ne toucherait pas à l’argent des contribuables.» Il a ajouté que des pressions sont exercées sur la SICOM, le NPF et la SBM pour investir dans la NICL selon ses informations. Il a félicité tous  ceux qui résistent à ces pressions.

Les coupures d’électricité

Quant aux coupures d’électricité, il a déclaré que le directeur général du CEB, Gérard Hébrard est devenu la risée de tout le monde pour sa déclaration à l’effet que ce sont les chauves-souris qui sont responsables de ces coupures.  « C’est complètement faux. Ils se cachent derrière les chauves-souris. Mais j’ai fait des recherches», a-t-il dit.  Selon lui, en janvier, il y a eu onze coupures, cela a commencé le 3 janvier à Montagne-Longue. « Je mets au défi le Central Electricity Board de publier la liste complète de toutes les coupures qu’il y a eu depuis janvier, la durée et l’endroit». Il dit trouvé  inquiétante  la vitesse à laquelle « pe rod al met turbin gaz » à la station Fort-Georges. « Pourquoi un tel rush? », a-t-il demandé. « Les Independent Power Producers produisent 60 % de l’électricité. Il faut savoir quand leurs contrats arriveront à terme. L’électricité produite à partir de la turbine à gaz coûtera plus cher », a-t-il dit.

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1564-l-affaire-v-lutchmeenaraidoo

APRES LE MINI-REMANIEMENT MINISTERIEL- 15 MARS 2016

Paul Bérenger : «C’est le début de la fin du gouvernement »

 

-Le MMM réclame la démission du gouvernement.

CON

Le MMM a tenu une conférence de presse, ce mardi 15 mars, pour commenter la situation  politique dans le pays après le mini-remaniement ministériel.

Paul Bérenger a expliqué qu’après le mini-remaniement ministériel c’est le début de la fin du gouvernement. Il a ajouté : «  jusqu’à hier, le MMM avait l’intention de demander la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo,  Roshi Bhadain et Sowkutally Soodhun. Décrédibilisé ce gouvernement est devenu dangereux pour le  pays, c’est notre devoir de demander sa démission ».

 Roshi Bhadain est un danger public

Pour lui, Roshi Bhadain est un danger public mais il a été le principal décoré. Il  a fait pire que Dan Callikan  à la MBC. Il ajoute que le fait que sir Anerood Jugnauth a retiré la MBC sous sa responsabilité représente un blâme  pour lui. « Samem ase pou deman so demision».

Vishnu Lutchmeenaraidoo, un échec total aux Finances

Quant à l’ex-ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, muté aux Affaires étrangères, il a été un échec total. Maintenant, il accepte le portefeuille des Affaires étrangères, c’est une honte pour lui, a-t-il dit. Commentant le dossier du traité de non double-imposition fiscal, qu’il a qualifié de catastrophe, il est d’avis que  Vishnu Lutchmeenaraidoo et Roshi Bhadain “ti bizin demisione lorla”. Il a aussi  commenté le prêt bancaire accordé à Vishnu Lutchmeenaraidoo[1]. «Il a garanti un bien qui l’est déjà. C’est une honte. Et il dit que dans deux ans, il remboursera le prêt. Li mazisien li? Kas la kot pou sorti?» a demandé le leader du MMM.

SAJ est  l’otage de tout le monde

« J’avait dit que sir Anerood Jugnauth est  l’otage de Bhadain maintenant il est l’otage de tout le monde » a-t-il dit . Il a ajouté que le Premier ministre n’a eu d’autres choix que d’attribuer un portefeuille ministériel à Vishnu Lutchmeenaraidoo, car il a peur  d’une élection partielle au no 7.Quant à la décision de sir Anerood Jugnauth de prendre les Finances, il a expliqué que « tout le monde sait que sir Anerood Jugnauth n’arrive pas à “perform” et qu’il a été ridicule lors de son point de presse. Maintenant, il s’occupe aussi du portefeuille des Finances.  Nous savons tous que c’est Dev Manraj, qui sera le ministre», a-t-il ajouté

« Se enn krim nom Sinatambou minis TIC »

Pour couronner le tout, selon lui,  Étienne Sinatambou qui été une catastrophe aux Affaires étrangères, a été de  nouveau nommé ministre de la Technologie, de la communication et de l’innovation ; portefeuille occupé jusque-là par Roshi Bhadain.« Aujourd’hui, les centres d’appels passent par une crise. ‘Si pa pran kont nou pe al ver enn katastrof divan. Se enn krim nom li minis TIC’ », a-t-il dit.

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1563-apres-le-mini-remaniement-ministeriel-15-mars-2015

La Grande Désillusion! – Le Militant

 

 

MAK2

 Il n’y a plus aucun doute. L’incohérence s’est dénitivement installée au sein de ce régime qui gère les affaires de l’état depuis la décision souveraine de l’électorat mauricien de ne pas faire conance à la défunte alliance Ptr-MMM. Cette incohérence a même pris l’allure d’un l conducteur au vu des décisions annoncées ou prises par le gouvernement collectivement ou par les ministres individuellement. Les contradictions sont légion. Et, cela ressemble dangereusement à ce feu d’artice qui, une fois allumé, fuse dans toutes directions. 

  La deuxième année au pouvoir de l’alliance lepep est bien entamée, mais les balbutiements au sommet perdurent et, de ce fait, continuent à maintenir la population dans un état de confusion. Heureux, celui ou celle qui, sans hésitation et en toute conance, peut vraiment miser (excusez ce terme de ‘zougader’, mais l’ouverture des nouveaux casinos oblige!) sur la direction que ce gouvernement veut faire prendre. Malgré la lecture en fanfare de la fameuse Vision 2030 par le Premier ministre, la mayonnaise peine à prendre. Et, bien évidemment, le no-tax budget lu théâtralement par le ministre des nances et applaudi par ses collègues de la majorité parlementaire, transformés en percussionnistes de service pour l’occasion, a vite été relégué, n’étant qu’un non-event budget!   Entre-temps, les promesses fusent de plus belle. Des rêves sont vendus à un public qui, dans sa majorité, ne sait plus comment réagir, se sentant responsable d’avoir mis à la tête de ce pays un gouvernement dont l’incompétence n’a comme challenger que l’arrogance de ses membres les plus médiatisés.     Les nances publiques ont à la tête un ministre qui, jusqu’à tout récemment, était un SPF (Sans Parti Fixe) et qui, se sentant marginalisé et voulant s’assurer d’un ancrage pour faire face aux turbulences prévisibles sur l’échiquier politique, a vite adhérer le parti Orange. C’est ce même Monsieur qui, après s’être vanté de détenir la baguette magique pour faire gober à l’électorat et au peuple crédule un miracle économique, dit ne plus vouloir prononcer le mot miracle. Comprenez par là qu’il n’y aura point de miracle économique!    Qui plus est, toutes ses prévisions chiffrées sont tombées à l’eau. Les statistiques ofcielles, de quelque source que ce soit, ne lui donnent pas raison, et là, pas du tout! Du coup il ne croit plus aux chiffres. Il les déteste même! Mais soyons généreux envers lui et faisons preuve de compréhension. Ce n’est pas facile d’être un Ministre des nances, jadis auréolé, d’être désavoué par ses propres départements, et même, par la Banque de Maurice qui vient tout juste de prévoir une croissance de 3,8%, bien au dessous des prévisions ministérielles. Il paraît aussi que depuis décembre 2014, certaines responsabilités qui étaient les siennes lui auraient été enlevées! On ne l’entendait plus parler de l’accord de non-double imposition (DTAA) avec l’Inde, jusqu’à cette récente sortie fracassante en nette contradiction avec sa déclaration publique au retour de l’Inde l’an dernier qu’un ‘win-win situation’ avait été conclu par lui-même et l’autre qui se positionne comme le Zorro du régime, au grand dam de notre Sheikh nationale! Mais le voilà qui, ne pouvant comprendre l’impatience de la population après plus d’une année d’attente infructueuse, la traite de ‘râleurs’! Le premier ministre, lui, lors d’une fête socio-culturelle venait de traiter le peuple, surtout une communauté en particulier, ‘d’ingrats’.    Les rêves sont devenus cauchemardesques pour ceux qui les ont vendus si généreusement, car ils n’arrivent plus à les faire avaler! Pendant ce temps, la paupérisation de la classe moyenne se fait sentir et l’extrême pauvreté ainsi que l’inégalité gagnent du terrain.    Dans le domaine du travail, c’est plutôt à la perte d’emplois que l’on est confronté. Certes, il y a eu certains emplois créés mais les licenciements presque quotidiens ajoutent au désarroi. Les jeunes perdent patience et conance et ne croient plus en ces promesses creuses faites par nos ministres. Un de ceux-là, n’avait-il pas afrmé qu’en n de 2015, les citoyens dans certains secteurs allaient se retrouver avec deux emplois! Certaines décisions annoncées avec erté, n’ont duré que le temps de ces annonces.    Entre-temps la dette publique continue à grimper et devient asphyxiante, le panier de la ménagère diminue en volume mais prend l’ascenseur en terme de coût, le taux d’épargne dégringole, l’investissement local peine à se manifester, sans parler du désinvestissement substantiel en bourse alors que l’investissement directe étranger est au ralentit pour ne pas dire au compte-gouttes.    Mais, en contre partie, on continue à nous anesthésier avec des projets à coup de milliards….tantôt c’est le Smart Port Louis au coût ronant de 52 milliards de nos roupies, tantôt, ce sont douze ou treize smart cities (pour la plupart du réchauffé, sinon entamés avant décembre 2014) à travers l’île qui devraient attirer des dizaines de milliards de roupies d’investissement, quand ce n’est pas le projet-prestige Heritage City de l’autre à 29 milliards (promesse de cadeau faite au premier ministre—SAJ City?) dont les modalités de nancement demeurent toujours oues avec une manne, à intérêt payable, qui viendrait d’un pays ou d’un autre du Golfe, dépendant du Ministre qui y revient de mission! Ainsi notre Parlement, certains ministères y compris le Bureau du Premier Ministre y seraient logés, moyennant paiement de loyers s’il vous plaît! A ce rythme, avec les Jin Fei, Neotown et autres projets immobiliers étrangers, l’État deviendra locataire dans son propre pays! La somme totale de tous ces milliards a de quoi amener notre ministre des nances à ne plus croire dans des chiffres!   Après ‘Mauritius, c’est un plaisir, maintenant c’est ‘Smart Mauritius’!   Avec autant de milliards prévus pour être engloutis dans du béton, n’aurait-il pas été plus utile et productif de sécuriser les routes et d’assainir les drains et autres cours d’eau, d’assurer la sécurité alimentaire du pays en investissant intelligemment dans le domaine de la recherche et de la technologie agricoles?    Il y a bien d’autres domaines qui devraient retenir notre attention dont certaines pratiques infectes, rapidement adoptées par le gouvernement actuel alors qu’on les avait décriées et condamnées, avec raison, durant les années qu’avait sévi l’ancien régime. Par exemple, la nomination de petits copains, copines et autres parents dans les institutions de l’État et les arrestations policières intempestives. Plus d’un an après, rien n’a changé à la MBCTV. La gestion de toute l’affaire BAI a eu et continuera à avoir des séquelles sur ses anciens clients, mais aussi sur l’image du pays. Et là, comment ne pas se souvenir de l’aveu du premier ministre qui, avec d’autres ministres, avaient retiré leur argent en quatrième vitesse à la veille de la révocation de la licence de Bramer! Et maintenant, on annonce la privatisation de la CWA ! Augmentation de prix en perspective? Cette liste est loin d’être exhaustive. Est-ce de cette façon que l’on va asseoir la bonne gouvernance?   Depuis quelque temps, on se bombe le torse en prenant lecture des classications plaçant Maurice parmi les premiers sinon en première position en Afrique. Le moment est venu pour nous de nous comparer avec des pays partageant les mêmes indicateurs que nous et non plus, sur une base purement géographique, avec ceux du continent.   Quant à la diplomatie mauricienne, elle nous fait nullement honneur. Ambassadeursamateurs dans nos missions diplomatiques, manque de direction, Ministre quasi inexistant, pendant que d’autres font et disent n’importe quoi au nom de l’état sans aucun rappel à l’ordre. Après notre incursion inacceptable dans le conit Arabie Saoudite-Iran, les autorités et le ministre concernés ont fait montre d’un manque total d’égard envers les Comores s’agissant des Jeux des îles. Pourtant, le ministère a des professionnels compétents en son sein pour mener à bien une politique étrangère digne de ce nom.    Il est grand temps que nos gouvernants se ressaisissent dans l’intérêt supérieur du pays où alors qu’ils rendent le tablier!

Vijay Makhan

 2/3/2016

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1562-la-grande-desillusion

La Grande Désillusion! – Le Militant

 

 

MAK2

 Il n’y a plus aucun doute. L’incohérence s’est dénitivement installée au sein de ce régime qui gère les affaires de l’état depuis la décision souveraine de l’électorat mauricien de ne pas faire conance à la défunte alliance Ptr-MMM. Cette incohérence a même pris l’allure d’un l conducteur au vu des décisions annoncées ou prises par le gouvernement collectivement ou par les ministres individuellement. Les contradictions sont légion. Et, cela ressemble dangereusement à ce feu d’artice qui, une fois allumé, fuse dans toutes directions. 

  La deuxième année au pouvoir de l’alliance lepep est bien entamée, mais les balbutiements au sommet perdurent et, de ce fait, continuent à maintenir la population dans un état de confusion. Heureux, celui ou celle qui, sans hésitation et en toute conance, peut vraiment miser (excusez ce terme de ‘zougader’, mais l’ouverture des nouveaux casinos oblige!) sur la direction que ce gouvernement veut faire prendre. Malgré la lecture en fanfare de la fameuse Vision 2030 par le Premier ministre, la mayonnaise peine à prendre. Et, bien évidemment, le no-tax budget lu théâtralement par le ministre des nances et applaudi par ses collègues de la majorité parlementaire, transformés en percussionnistes de service pour l’occasion, a vite été relégué, n’étant qu’un non-event budget!   Entre-temps, les promesses fusent de plus belle. Des rêves sont vendus à un public qui, dans sa majorité, ne sait plus comment réagir, se sentant responsable d’avoir mis à la tête de ce pays un gouvernement dont l’incompétence n’a comme challenger que l’arrogance de ses membres les plus médiatisés.     Les nances publiques ont à la tête un ministre qui, jusqu’à tout récemment, était un SPF (Sans Parti Fixe) et qui, se sentant marginalisé et voulant s’assurer d’un ancrage pour faire face aux turbulences prévisibles sur l’échiquier politique, a vite adhérer le parti Orange. C’est ce même Monsieur qui, après s’être vanté de détenir la baguette magique pour faire gober à l’électorat et au peuple crédule un miracle économique, dit ne plus vouloir prononcer le mot miracle. Comprenez par là qu’il n’y aura point de miracle économique!    Qui plus est, toutes ses prévisions chiffrées sont tombées à l’eau. Les statistiques ofcielles, de quelque source que ce soit, ne lui donnent pas raison, et là, pas du tout! Du coup il ne croit plus aux chiffres. Il les déteste même! Mais soyons généreux envers lui et faisons preuve de compréhension. Ce n’est pas facile d’être un Ministre des nances, jadis auréolé, d’être désavoué par ses propres départements, et même, par la Banque de Maurice qui vient tout juste de prévoir une croissance de 3,8%, bien au dessous des prévisions ministérielles. Il paraît aussi que depuis décembre 2014, certaines responsabilités qui étaient les siennes lui auraient été enlevées! On ne l’entendait plus parler de l’accord de non-double imposition (DTAA) avec l’Inde, jusqu’à cette récente sortie fracassante en nette contradiction avec sa déclaration publique au retour de l’Inde l’an dernier qu’un ‘win-win situation’ avait été conclu par lui-même et l’autre qui se positionne comme le Zorro du régime, au grand dam de notre Sheikh nationale! Mais le voilà qui, ne pouvant comprendre l’impatience de la population après plus d’une année d’attente infructueuse, la traite de ‘râleurs’! Le premier ministre, lui, lors d’une fête socio-culturelle venait de traiter le peuple, surtout une communauté en particulier, ‘d’ingrats’.    Les rêves sont devenus cauchemardesques pour ceux qui les ont vendus si généreusement, car ils n’arrivent plus à les faire avaler! Pendant ce temps, la paupérisation de la classe moyenne se fait sentir et l’extrême pauvreté ainsi que l’inégalité gagnent du terrain.    Dans le domaine du travail, c’est plutôt à la perte d’emplois que l’on est confronté. Certes, il y a eu certains emplois créés mais les licenciements presque quotidiens ajoutent au désarroi. Les jeunes perdent patience et conance et ne croient plus en ces promesses creuses faites par nos ministres. Un de ceux-là, n’avait-il pas afrmé qu’en n de 2015, les citoyens dans certains secteurs allaient se retrouver avec deux emplois! Certaines décisions annoncées avec erté, n’ont duré que le temps de ces annonces.    Entre-temps la dette publique continue à grimper et devient asphyxiante, le panier de la ménagère diminue en volume mais prend l’ascenseur en terme de coût, le taux d’épargne dégringole, l’investissement local peine à se manifester, sans parler du désinvestissement substantiel en bourse alors que l’investissement directe étranger est au ralentit pour ne pas dire au compte-gouttes.    Mais, en contre partie, on continue à nous anesthésier avec des projets à coup de milliards….tantôt c’est le Smart Port Louis au coût ronant de 52 milliards de nos roupies, tantôt, ce sont douze ou treize smart cities (pour la plupart du réchauffé, sinon entamés avant décembre 2014) à travers l’île qui devraient attirer des dizaines de milliards de roupies d’investissement, quand ce n’est pas le projet-prestige Heritage City de l’autre à 29 milliards (promesse de cadeau faite au premier ministre—SAJ City?) dont les modalités de nancement demeurent toujours oues avec une manne, à intérêt payable, qui viendrait d’un pays ou d’un autre du Golfe, dépendant du Ministre qui y revient de mission! Ainsi notre Parlement, certains ministères y compris le Bureau du Premier Ministre y seraient logés, moyennant paiement de loyers s’il vous plaît! A ce rythme, avec les Jin Fei, Neotown et autres projets immobiliers étrangers, l’État deviendra locataire dans son propre pays! La somme totale de tous ces milliards a de quoi amener notre ministre des nances à ne plus croire dans des chiffres!   Après ‘Mauritius, c’est un plaisir, maintenant c’est ‘Smart Mauritius’!   Avec autant de milliards prévus pour être engloutis dans du béton, n’aurait-il pas été plus utile et productif de sécuriser les routes et d’assainir les drains et autres cours d’eau, d’assurer la sécurité alimentaire du pays en investissant intelligemment dans le domaine de la recherche et de la technologie agricoles?    Il y a bien d’autres domaines qui devraient retenir notre attention dont certaines pratiques infectes, rapidement adoptées par le gouvernement actuel alors qu’on les avait décriées et condamnées, avec raison, durant les années qu’avait sévi l’ancien régime. Par exemple, la nomination de petits copains, copines et autres parents dans les institutions de l’État et les arrestations policières intempestives. Plus d’un an après, rien n’a changé à la MBCTV. La gestion de toute l’affaire BAI a eu et continuera à avoir des séquelles sur ses anciens clients, mais aussi sur l’image du pays. Et là, comment ne pas se souvenir de l’aveu du premier ministre qui, avec d’autres ministres, avaient retiré leur argent en quatrième vitesse à la veille de la révocation de la licence de Bramer! Et maintenant, on annonce la privatisation de la CWA ! Augmentation de prix en perspective? Cette liste est loin d’être exhaustive. Est-ce de cette façon que l’on va asseoir la bonne gouvernance?   Depuis quelque temps, on se bombe le torse en prenant lecture des classications plaçant Maurice parmi les premiers sinon en première position en Afrique. Le moment est venu pour nous de nous comparer avec des pays partageant les mêmes indicateurs que nous et non plus, sur une base purement géographique, avec ceux du continent.   Quant à la diplomatie mauricienne, elle nous fait nullement honneur. Ambassadeursamateurs dans nos missions diplomatiques, manque de direction, Ministre quasi inexistant, pendant que d’autres font et disent n’importe quoi au nom de l’état sans aucun rappel à l’ordre. Après notre incursion inacceptable dans le conit Arabie Saoudite-Iran, les autorités et le ministre concernés ont fait montre d’un manque total d’égard envers les Comores s’agissant des Jeux des îles. Pourtant, le ministère a des professionnels compétents en son sein pour mener à bien une politique étrangère digne de ce nom.    Il est grand temps que nos gouvernants se ressaisissent dans l’intérêt supérieur du pays où alors qu’ils rendent le tablier!

Vijay Makhan

 2/3/2016

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1562-la-grande-desillusion

AGRESSIONS PAR BANDES ORGANISEES – Le Militant

Paul Bérenger : « Le PM et le commissaire de police doivent demander à la police de faire son travail comme il se doit »

CON

Le MMM a tenu sa conférence de presse hebdomadaire, ce jeudi 10 mars, en raison de la célébration de l’Indépendance. Paul Bérenger a abordé  les agressions par bandes organisées et l’affaire « horsepower » à la NTA. Il a annoncé que le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la CWA. À l’heure des questions, commentant la situation politique, il a déclaré que sir Anerood Jugnauthest l’otage de Bhadain.

Abordant la dernière agression mercredi dernier à Banane, il a déclaré : «  Ces derniers temps, il y a eu plusieurs cas d’agressions par bandes organisées. Il y a une perception que la police ne fait pas son travail. Quand une telle perception se dégage, des gens ont, du coup, tendance à prendre la loi entre leurs mains. Le Premier ministre et le commissaire de police doivent demander à la police de faire son travail comme il se doit ». Il a ajouté que justice doit non seulement « be done » mais « must be seen to be done » . Il a lancé un  appel solennel  au Premier ministre et au commissaire de police  « pou pa les situasion pran bann dimansion danzere et sirtou kominal ». Il a annoncé que ce sujet sera parmi ses premières PNQ.

L’affaire « horsepower » à la NTA

 Commentant l’enquête sur l’affaire « horsepower » à la National Transport Authority (NTA), Paul Bérenger allègue que c’est une vaste farceet qu’il y a un vaste “cover-up” » comme il avait prévu.  Dans un premier temps, des officiers de la NTA et des propriétaires de voitures ont été arrêtés jusqu’à la convocation du ministre Ashit Gungah, a-t-il ajouté. Subitement, tout a changé,le ministre Bodha[1] annonce une amnistie et  que les centres de fitness seront ouverts les dimanches.

Le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la CWA

Abordant le dossier de l’eau, Paul Bérenger a affirmé que le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la Central Water Authority (CWA). de la Central Water Authority (CWA). Il a dénoncé le ministre des Utilités publiques Ivan Collendavelloo. Selon lui, le gouvernement manipule la population. «Le bluff a une limite. Un an après les élections, c’est maintenant que l’on annonce que les personnes qui consomment moins de 6 mètres cube d’eau ne paieront pas de facture. Ce sont de fausses promesses.» Il a rappelé qu’à à la Section 129 du dernier budget il est écrit que tous les consommateurs bénéficieront  6 mètres cube d’eau. Il a demandé aux journalistes de vérifier cela.

 

Sir Anerood Jugnauth est l’otage de Bhadain

À l’heure des questions, Paul Bérenger a déploré que le vice-Premier ministre Xavier-Luc Duval ne soit pas au pays pour les célébrations de la fête nationale du 12 Mars et que Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui se remet d’une bronchite,ne rencontreront pas  l’invité d’honneur, le président malgache Hery Rajaonarimampianina. Il a critiqué la manière de faire du ministre des Finances par rapport à l’Inde. «C’est inacceptable, insultant et choquant. L’Inde est profondément blessée par la manière d’agir de Maurice qui a annulé une ligne de crédit  pour le métro léger », a expliqué Paul Bérenger. Il trouve aussi  inacceptable ce que Roshi Bhadain et Vishnu Lutchmeenaraidoo ont fait  sur le dossier du traité de non double-imposition fiscal entre l’Inde et l’île Maurice. Il a estimé que sir Anerood Jugnauthest l’otage de Bhadain. Selon le leader du MMM, le Premier ministre a même «write off» le ministre des Finances aux dépends du ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers. Lors de sa rencontre avec le président malgache, il évoquera deux sujets, les Chagos et Tromelin et les Jeux des Iles, a-t-il annoncé.

References

  1. ^le ministre Bodha (www.lexpress.mu)

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1560-agressions-par-bandes-organisees

AGRESSIONS PAR BANDES ORGANISEES – Le Militant

Paul Bérenger : « Le PM et le commissaire de police doivent demander à la police de faire son travail comme il se doit »

CON

Le MMM a tenu sa conférence de presse hebdomadaire, ce jeudi 10 mars, en raison de la célébration de l’Indépendance. Paul Bérenger a abordé  les agressions par bandes organisées et l’affaire « horsepower » à la NTA. Il a annoncé que le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la CWA. À l’heure des questions, commentant la situation politique, il a déclaré que sir Anerood Jugnauthest l’otage de Bhadain.

Abordant la dernière agression mercredi dernier à Banane, il a déclaré : «  Ces derniers temps, il y a eu plusieurs cas d’agressions par bandes organisées. Il y a une perception que la police ne fait pas son travail. Quand une telle perception se dégage, des gens ont, du coup, tendance à prendre la loi entre leurs mains. Le Premier ministre et le commissaire de police doivent demander à la police de faire son travail comme il se doit ». Il a ajouté que justice doit non seulement « be done » mais « must be seen to be done » . Il a lancé un  appel solennel  au Premier ministre et au commissaire de police  « pou pa les situasion pran bann dimansion danzere et sirtou kominal ». Il a annoncé que ce sujet sera parmi ses premières PNQ.

L’affaire « horsepower » à la NTA

 Commentant l’enquête sur l’affaire « horsepower » à la National Transport Authority (NTA), Paul Bérenger allègue que c’est une vaste farceet qu’il y a un vaste “cover-up” » comme il avait prévu.  Dans un premier temps, des officiers de la NTA et des propriétaires de voitures ont été arrêtés jusqu’à la convocation du ministre Ashit Gungah, a-t-il ajouté. Subitement, tout a changé,le ministre Bodha[1] annonce une amnistie et  que les centres de fitness seront ouverts les dimanches.

Le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la CWA

Abordant le dossier de l’eau, Paul Bérenger a affirmé que le MMM prendra position contre une éventuelle privatisation de la Central Water Authority (CWA). de la Central Water Authority (CWA). Il a dénoncé le ministre des Utilités publiques Ivan Collendavelloo. Selon lui, le gouvernement manipule la population. «Le bluff a une limite. Un an après les élections, c’est maintenant que l’on annonce que les personnes qui consomment moins de 6 mètres cube d’eau ne paieront pas de facture. Ce sont de fausses promesses.» Il a rappelé qu’à à la Section 129 du dernier budget il est écrit que tous les consommateurs bénéficieront  6 mètres cube d’eau. Il a demandé aux journalistes de vérifier cela.

 

Sir Anerood Jugnauth est l’otage de Bhadain

À l’heure des questions, Paul Bérenger a déploré que le vice-Premier ministre Xavier-Luc Duval ne soit pas au pays pour les célébrations de la fête nationale du 12 Mars et que Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui se remet d’une bronchite,ne rencontreront pas  l’invité d’honneur, le président malgache Hery Rajaonarimampianina. Il a critiqué la manière de faire du ministre des Finances par rapport à l’Inde. «C’est inacceptable, insultant et choquant. L’Inde est profondément blessée par la manière d’agir de Maurice qui a annulé une ligne de crédit  pour le métro léger », a expliqué Paul Bérenger. Il trouve aussi  inacceptable ce que Roshi Bhadain et Vishnu Lutchmeenaraidoo ont fait  sur le dossier du traité de non double-imposition fiscal entre l’Inde et l’île Maurice. Il a estimé que sir Anerood Jugnauthest l’otage de Bhadain. Selon le leader du MMM, le Premier ministre a même «write off» le ministre des Finances aux dépends du ministre de la Bonne gouvernance et des services financiers. Lors de sa rencontre avec le président malgache, il évoquera deux sujets, les Chagos et Tromelin et les Jeux des Iles, a-t-il annoncé.

References

  1. ^le ministre Bodha (www.lexpress.mu)

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1560-agressions-par-bandes-organisees

DIPLOMACY : – Le Militant

The Economic Dimension

 

MAK

Mauritius will turn 50 in a couple of years.

A few years prior to and soon after independence, some doomsday descriptions of and

predictions for the country, including the averments signed by the multi-prized author V.S.Naipaul

in his work ‘The Overcrowded Barracoon’ *, made it well nigh improbable for anybody in his right

mind to wager on a bright future for Mauritius. However, a handful of citizens, both in the private

and public sectors, took certain timely and decisive actions which were to propel the country onto a

progressive and relatively prosperous path that soon gave the lie to the prophets of doom!

Geographically isolated and disadvantaged as it was, Mauritius had no option than to

painstakingly nudge a niche for itself in the concert of nations.

True, a properly articulated official foreign policy, as should have been the case, was never ever

elaborated. Or, if it were, it was never archived for consultation and reference to enable the country

to follow with meticulous and methodical consistency a course charted out on the international

scene in pursuit of our interests. It befell a few actors, at the time, to literally play it by the ear to

advance our interests, for, the only guidelines available were skeletal references in the ‘Speeches

from the Throne’ at the start of a new legislature.

Decisions and actions were taken mostly on a reactive and ad hoc basis to cater for immediate

needs and interests, more in response to the dynamics of the international economic scene,

specifically within our traditional markets, than on planned long-term objectives. However, it cannot

be gainsaid that the seeds sown at that time sprouted profitably and became the foundation for the

subsequent economic take-off.

The fact is that the interactions of Mauritius on the international scene have always been relations between independent states. A thorough knowledge and understanding of the meanders

and intricacies of international trade and the new economic order that has emerged is as important

to the modern day diplomat as is the mastery of the finer elements of diplomatic practice.

In essence, the classical method of conducting international relations by the traditional diplomat

who was a kind of “specialist of general knowledge” covering a wide spectrum of issues from art to

military warfare is long gone. Today, these relations are

military warfare is long gone. Today, these relations are predominantly informed and influenced by

economic interests. What is then required for the successful promotion and defence of the national

and indeed regional economic interests is a new breed of “business diplomats”, that is, specialists

in economic diplomacy, encompassing the skills necessary in international trade negotiations as

well— a factor mastered by the developed nations.

Mauritius should be no exception in this domain. It is absolutely necessary for our foreign service

to provide more space to such likely “business diplomats” in its recruitment exercise. Simply stating

that economic diplomacy will be favoured in a budgetary exercise will not make it happen. Or the

posting in our embassies of individuals, labelled as “commercial attachés or advisers” with no

notion of the complexities and exigencies of the job will not advance the interests of the country. As

much as the policy is the right one to pursue, as has been done, on and off, since independence, it

will remain hollow if appropriate and consequential measures are not taken to translate the concept

concretely and effectively with the provision of the necessary means and instruments for its

operationalisation.

Political expediency, for a start, should not be allowed to interfere in whatever manner in its

pursuit. The competition in this field at the international level is simply too fierce to allow an

amateurish approach in its practice. The economic and financial turmoil that the world has known

over the past years makes it even more compelling for properly equipped and highly competent

representatives to be appointed to defend our interests. The Foreign Service should not be

reduced to being a mere post-office or a fire-fighting department. Its professionals should be

allowed the space and leeway essential to advise and deliver and not be subjected to the whims

and fancies of any passing self-proclaimed ‘intelligent’ minister!

“Business Diplomats” in our missions abroad should be able to facilitate the prospecting missions

of our entrepreneurs and be the primary source of economic intelligence and information. Similarly,

we need to set up antennae in capitals best suited to advance our economic and commercial

interests.

We can and should play a more prominent role in the cooperation instruments developed by

Asian countries like China, Japan and India in their quest for concessions in Africa, namely the

China-Africa Forum; Tokyo International Conference on African Development (TICAD) and India-

Africa Forum Summit respectively. Our eventual involvement in the Chinese Maritime Silk Route

should be on the basis of a solid mutually accountable partnership that will withstand the test of

time and above all, not be at the expense of our strong bonds with others in the region, principally

India. Using Air Mauritius as a flag-bearer and an instrument of our

economic diplomacy would

serve us well.

Economic Diplomacy, far from being static, is a dynamic process that necessitates constant

adjustments as dictated by the ever-changing circumstances and raging competition for

investments, markets and other opportunities that the globalised world offers.

A word of caution, however: in the pursuit of our economic interests, SourceURL:file://localhost/Users/anandarajoo/Desktop/MAKHAN9MARS2016.doc[1]

not to act in a self-serving manner and appear to be breaking ranks from our continent Africa, the

very same that we ambition to bridge with Asia, lest it becomes a bridge too far!

Vijay Makhan

7/2/2016

* Barracoon was used by Naipaul to describe Mauritius.

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1559-diplomacy

HERITAGE CITY N’EST PAS UNE PRIORITE – 3 MARS 2016

Le MMM demande au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec ce projet

CON

Le MMM a tenu sa conférence de presse hebdomadaire, ce jeudi 3 mars, en raison de la fête Mahasivaratree. Paul Bérenger a consacré une large partie sur le projet Heritage City. Il est revenu sur l’affaire BAI avec la démission de Gérald Lincoln, la souveraineté de Maurice sur les Chagos et Tromelin et la nouvelle carte identité. Il a aussi annoncé que le Comité Central du MMM a approuvé la recommandation du Bureau Politique pour que le parti le présente au poste de Premier ministre pour 5 ans lors des prochaines élections.

Revenant sur le projetHeritage City, il a déclaré : «Nous demandons au gouvernement de ne pas aller de l’avant avec ce projet. Ce n’est pas une priorité pour le pays». Selon lui, ce projet a été fait dans la précipitation et il n’y a pas eu d’appel d’offres pour désigner un consultant». C’est choquant, dit-il.

 Pour lui, si le gouvernement  va de l’avant avec ce projet, il risque d’y avoir des problèmes. Il a peur pour le pays, a-t-il ajouté. Paul Bérenger se demande pourquoi il y a autant de précipitation autour de ce projet, qui coûtera des milliards au pays. La priorité du pays n’est pas d’aménager un nouveau bureau pour le Premier ministre, dit-il. Commentant la décision prise ce mercredi 2 mars par le Conseil des ministres, qui a donné son accord pour que les services de Stree Consulting, une firme de Dubaï, soit retenu, il a dit que le consultant en question est totalement inconnu. Il a déploré qu’il n’y ait pas eu un exercice d’appel d’offres pour retenir les services d’un consultant pour examiner ce projet. « C’est de la folie ce qu’a fait le Conseil des ministres mercredi. Ce projet est extrêmement risquant et finira mal », selon lui.

L’affaire BAI

Il a condamné une fois de plus  Roshi Bhadain et le gouvernement dans l’affaire BAI.  Il a aussi commenté la décision de Gérald Lincoln qui a démissionné comme administrateur de la défunte Bramer Bank. Selon ses renseignements, dit-il, on a fait pression sur ce dernier. Pour lui «c’est une honte. L’île Maurice n’est plus un État de droit ».

Les Chagos et Tromelin

Abordant la souveraineté de Maurice sur les Chagos, le leader du MMM a expliqué que : « nou finn perdi 1 an. Gouvernema et SAJ finn ‘useless’  alor ki 2016 se enn tournan» en rappelant l’élection présidentielle aux USA en novembre, référendum en juin en Grande Bretagne et élection présidentielle en France l’année prochaine .Il a expliqué que l’accord sur les Chagos prévoit qu’en 2016, si les USA et la Grande Bretagne ne demande pas de changement automatiquement  il sera renouvelé pour 20 ans. Quant à Tromelin aussi il a rappelé que c’est le MMM qui avait déterré les dossiers. Il a ajouté que Madagascar, un des 5 pays de peuplement revendique les 4  autres îles éparses en l’occurrence Europa, Glorieuse, Juan de Nova et Bassas de India. Il dit en faveur que Maurice et Madagascar font une demande conjointe pour un arbitrage de la Cour de justice internationale. Il a souhaité la bienvenue au président malgache, invité du 12 mars.

Paul Bérenger présenté au poste de PM pour 5 ans

Il a annoncé que  le Comité Central du MMM ce mercredi 2 mars, a approuvé la recommandation du Bureau Politique pour que le parti aille seul aux prochaines élections, en  présentant Paul Bérenger au poste de Premier ministre pour 5 ans. «Nous continuons à travailler sur la liste des candidats. Nous nous tenons prêts Il a aussi annoncé que le task force soumettra son rapport dans quelques jours.

Nouvelle carte d’identité

Maintenant que l’affaire sera débattue devant le Privy Council, il a renouvelé sa demande pour que le délai de procurer la nouvelle carte soit étendue. 

Read more http://mmm.mu/militant/120-latest-news/1558-heritage-city-n-est-pas-une-priorite-3-mars-2016