LE MMM: REGARDER L’AVENIR EN FACE

« Il est moins grave de perdre que de se perdre. »

         Romain Gary

 

Les clameurs se sont tues et la cause est entendue.

Le 10 Décembre 2014, le MMM subissait un sérieux revers électoral, victime de l’impopularité du régime sortant mais, au delà, du rejet de l’Alliance PTr-MMM à la fois par les supporteurs traditionnels du MMM et par les électeurs dans leur majorité.

 

Cette alliance, dont nous tous au MMM assumons collectivement la responsabilité, fut approuvée par le parti dans la perspective d’élections générales anticipées, de victoire assurée, et d’un gouvernement paritaire dirigé par le leader historique de notre parti. Et cela, pour mettre en oeuvre un programme progressiste de relance économique, de démocratisation et de réformes sociales tel que prôné par le MMM depuis de longues années. Ce fut donc un choix dicté par le réalisme politique.

L’Alliance PTr-MMM se révéla, en définitive, mauvaise pour le pays comme pour le MMM. Le pays voulait, non d’un changement de gouvernement comme nous le lui proposions, mais d’un changement de régime avec le départ du Parti Travailliste du pouvoir. Quant au MMM, ce choix pragmatique d’alliance fit perdre à beaucoup de militants le sens de leur combat, et à notre électorat, ses repères idéologiques et son sens de l’orientation politique.

 

Mais toute défaite porte en elle la promesse d’une victoire prochaine. A condition d’en faire une analyse objective et sans complaisance aucune, pour en tirer les leçons essentielles. C’est ce à quoi s’emploient nos militants depuis le 11 Décembre 2014.

 

A l’aube de 2015, le MMM se doit de se repenser pour redevenir cette force de proposition et d’action qui a inspiré des générations de femmes et d’hommes et façonné l’Ile Maurice moderne.

 

Les priorités pour la réforme et la relance sont tout à la fois  d’ordre identitaire, organisationnel et stratégique. D’ores et déjà, l’on peut identifier les cinq chantiers prioritaires pour entreprendre la reconstruction et le renouvellement du MMM:

 

1.     Le Projet: Redéfinir ce qu’est l’identité du MMM (What we stand for), ce que le parti représente en termes d’idées et de principes, et ce qui nous différencie des autres partis. Cela implique un retour aux sources de l’action politique du MMM, parti de transformation sociale ayant pour idéal “une société libérée de toute forme de domination, d’exploitation, ainsi que de toute discrimination de classe, de race, de couleur, de communauté, de caste, de religion ou de sexe” (Déclaration de principes, Constitution adoptée par l’Assemblée de Délégués du MMM, le 27 octobre 1998).

 

Il s’agira néanmoins de décliner et d’affirmer les valeurs fondamentales du MMM en fonction des enjeux contemporains tels le défi écologique et la transition énergétique; la fracture digitale et la maitrise des Technologies de l’Information et de la Communication comme instrument de démocratisation sociale; l’éradication de la pauvreté extrême et la réelle égalité de chances pour tous; l’engagement à faire disparaitre le chômage avec le droit à la formation permanente accompagnée d’un revenu d’utilité sociale; la solidarité agissante eu égard à la maltraitance des enfants, à la situation sociale précaire des  jeunes et au vieillissement de la population;  la mise en oeuvre de nouveaux droits démocratiques  tels le droit de vivre le plus longtemps possible et en bonne santé  face à la progression vertigineuse des maladies non transmissibles; ou le droit de tous à la réussite scolaire et à l’éducation toute la vie durant. En bref, il s’agit d’énoncer clairement un nouveau projet politique progressiste en ce début de siècle.

 

2.     Les structures: Les instances du MMM se doivent d’être des relais efficaces entre la population et le parti. Le fonctionnement de ces instances garantit ainsi l’ancrage du MMM au sein de l’électorat et le dialogue permanent avec la société civile. Il faut néanmoins se rendre à l’évidence. Les circonstances entourant la confirmation du Remake, puis de la rupture de cette alliance, pour aboutir finalement  à  la ratification de l’accord avec le P.Tr, et tout cela en l’espace de quelques mois, permettent de douter de la pertinence et de la fonctionnalité de nos structures. Quarante-cinq ans après que le MMM ait introduit une nouvelle conception d’un parti politique structuré et de l’organisation comme fondement de l’action politique, la révision de nos statuts s’impose pour prendre acte des profonds changements s’étant opérésau sein de notre société. Qui plus est, la demande des militants d’être mieux écoutés et associés aux prises de décision nous impose de définir de nouveaux espaces de débat démocratique; de renouer avec la vieille tradition au sein de la Gauche mauricienne d’assurer la formation politique des militants; et enfin d’assurer une réelle collégialité à la direction du parti.

 

3.     La Stratégie: Winston Churchill disait fort justement qu’il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire. Ambitionner une victoire électorale après trois défaites successives nous impose de définir, au moyen de débats dans toutes nos instances, une nouvelle stratégie politique. Celle-ci aura comme objectif premier de reconquérir les esprits et les coeurs des mauriciens et en particulier de ceux qui nous ont quittés à la suite de la malencontreuse alliance avec le P.Tr. Mais il s’agira aussi, pour se relancer, de nous focaliser sur les catégories sociales historiquement associées au MMM: les travailleurs et les salariés; les jeunes et les femmes; les intellectuels et les artistes ; les femmes et les hommes de progrès. Conscient que la victoire ne pourra se concrétiser sans être portée par l’enthousiasme et la fougue de la jeune génération, la priorité sera de se doter des moyens de s’ouvrir à la société civile et d’entreprendre une campagne de recrutement visant au rajeunissement du parti.

 

4.     La Communication: Il n’est de moyen plus prometteur pour promouvoir la nouvelle stratégie politique qu’une communication autrement plus efficace et moderne que celle du MMM jusqu’à présent. Afin de se doter d’une communication politique digne du 21ème siècle, il faudra impérativement s’appuyer sur différents canaux et une large palette d’outils de prospection incluant bien évidemment les réseaux sociaux pour un dialogue interactif. Loin de se fier, comme par le passé, au seul volontariat ou à un activisme ponctuel sur la toile, une nouvelle stratégie de communication ne peut qu’être l’affaire de professionnels, mais nourrie et soutenue par l’engagement militant. Néanmoins, la priorité des priorités demeure assurément l’assainissement des relations du parti avec la presse écrite et parlée eu égard au climat acrimonieusement conflictuel ayant marqué l’année 2014

 

5.     L’Equipe: Et c’est en fonction de ce projet que le MMM se doit de se choisir une équipe dirigeante crédible, capable d’incarner ses valeurs et d’assumer une ligne de conduite en conformité avec ses principes. Ce corps de femmes et d’hommes dirigera le parti de manière collégiale en revigorant la démocratie interne.

 

Critiqué et sanctionné par son électorat en décembre dernier, il est évident qu’un simple replâtrage pour faire de la politique comme auparavant est désormais interdit au MMM.C’est bien plus une réforme en profondeur, se réservant un droit d’inventaire par rapport aux pratiques du passé, qui s’impose. Pour la mener à terme et permettre au parti de rebondir dans les plus brefs délais, il faudra réunir toutes les énergies et les compétences du parti. Mais nous aurons besoin d’idées nouvelles: celles des militants, celles des sympathisants échaudés ainsi que celles des voix critiques qui nous veulent du bien.

 

 Afin de redevenir le parti d’avenir pour tous ceux épris de mauricianisme, de justice sociale et de liberté, le MMM se doit de retrouver son caractère de “Mouvement”, c’est à dire une mouvance ouverte à la société et traversée par une pluralité d’opinions, constituant une intelligence collective défiant le statu quo.

 

Une tâche ardue mais ô combien exaltante nous attend, celle d’inventer le MMM nouveau, le MMM du 21ème siècle. Fort de la certitude que l’avenir nous appartient, retroussons-nous les manches et mettons-nous au travail… 

Steven Obeegadoo