SITUATION ECONOMIQUE

Le MMM contre la présentation d’un budget à la veille des élections


CON


Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, samedi 26 juillet, Paul Bérenger a commenté la situation économique et politique et s’est prononcé contre le renvoi des travaux parlementaires. Il a aussi évoqué le renvoi du sommet de la Commission de l’océan Indien, la commission d’enquête sur les courses hippiques, la situation dans le secteur du transport public et les projets CTPower et métro léger.

 

Commentant la situation économique, le leader du MMM a cité le rapport du Fonds monétaire international sur l’économie mauricienne, dont les conclusions ont été publiées cette semaine,. «  Je ne suis d’accord avec toutes les mesures préconisées, mais est un « wake up call». Si nous ne considérons pas ce que dit le FMI, nous n’allons pas progresser au niveau de la croissance, qui a connu un ralentissement ces dernières années », a-t-il déclaré. Il a dénoncé le Gouverneur de la Banque de Maurice, Rundheersing Bheenick, qui avait indiqué que le climat pré-électoral n’est pas propice pour s’attaquer à la problématique de la croissance. « Time is of the essence. Il faut des mesures pour relancer l’économie », a-t-il insisté. Il a avancé  que la priorité n’est pas la présentation du Budget national. Il a une nouvelle fois réclamé la tenue des élections générales avant la fin de l’année en ajoutant qu’il reviendra alors au nouveau gouvernement de  relancer l’économie.

 

Situation politique

 

Au niveau politique, Paul Bérenger, a indiqué : «A ce jour, pena okenn alyans MMM-PTr. Mais je note que depuis le début des koz koze, il y a eu des avancées importantes». Il a cité notamment le draftde la loi sur la réforme électorale, qui est, selon lui, une avancée historique, et l’amendement constitutionnel concernant la déclaration ethnique des candidats aux élections générales. Paul Bérenger a également souligné que pendant ce temps, il n’y a eu aucun scandale. « Au contraire, Navin Ramgoolam a eu des réactions positives suite à mes PNQ, par exemple sur la Declaration of Assets». Il note cependant qu’il y a eu «enn big bang du kote souval lekours».

Par contre, il a exprimé son désaccord face au renvoi des travaux parlementaires au 7 octobre prochain. «Il serait souhaitable que le Parlement siège jusqu’aux prochaines élections, malgré les sommets internationaux», a-t-il déclaré.

 

Sommet de la Commission de l’océan Indien

  

Le leader du MMM a aussi évoqué le renvoi du sommet sommet de la Commission de l’océan Indien,. Le MMM sympathise avec la France, l’Algérie et les autres pays concernés par cette catastrophe, a dit Paul Bérenger. C’est un bon signe de solidarité, selon lui, mais il ajoute que c’est un coup dur pour les Comores. Il a souhaité que ce sommet se tienne l’année prochaine pour qu’il coïncide  avec la célébration du 40ème anniversaire de l’indépendance des Comores et qu’en attendant, Maurice, Madagascar, les Seychelles et les Comores se concertent pour accorder leurs violons sur des sujets tels que les îles éparses et Mayotte entre autres.


 

Le MMM soutient les employés du  secteur du transport public



 CONEn ce qu’il s’agit de la situation dans le secteur du transport public, Paul Bérenger a affirmé que le ministre du Travail, Shakeel Mohamed,  n’a pas le droit d’empêcher le National Remuneration Board (NRB) de fixer un salaire minimum dans ce secteur. « C’est vrai qu’en 2013, des syndicalistes avaient signé un accord pour une hausse  

salariale payée sur trois ans. Ils avaient pris l’engagement de ne pas faire une nouvelle demande d’augmentation salariale avant 2016. ‘Me pas zot kin demande. Le NRB li nommé par le minis Travay’. Il a fait des recommandations. Il a pris plusieurs aspects en considération : la capacité de paiement des compagnies et l’économie nationale. Le NRB a fait son travail. Il a proposé un salaire minimum qui est plus élevé que les salaires actuels y compris la hausse de 19 %. En tant qu’ancien syndicaliste, je peux dire que les syndicats et les employés concernés peuvent compter sur notre solidarité », a dit Paul Bérenger.

 

Le projet CTPower


Paul Bérenger réitère sa demande pour  un rapport de la Banque Africaine de Développement et de la Banque Mondiale sur les besoins énergétiques du pays. « CT Power n’a jusqu’ici pas prouvé sa capacité financière. De plus, les actionnaires de CT Power Malaysia ne sont pas encore connus. C’est dans ce  contexte que Navin Ramgoolam et moi rejetons le projet CT Power pour l’instant. L’avenir du pays est en jeu », a-t-il souligné.

 

Metro léger



CON

Revenant sur ce projet, il a déclaré : « Au départ,  11 firmes internationales ont participé à l’appel d’offres.  Six sont restées en course, jusqu’à qu’il n’en reste qu’une, après le retrait ou la disqualification de certaines. Nous n’avons plus le choix ». Il a ajouté qu’il ne  s’oppose  pas à cette firme indienne qui avait construit la Cybercité, mais selon lui, cette firme,  a été blacklisted par le Daily Metro Rail Corporation indienne en 2009 pour travaux mal faits, sanction enlevée en 2011. « Il faut avoir la bénédiction du gouvernement indien. Nous demandons  que l’on nous rassure puisqu’il s’agit d’un projet d’envergure qui va engager notre pays pour au moins 50 ans avant d’octroyer ce contrat à cette compagnie», a-t-il dit.



Commission d’enquête sur les courses hippiques


Le MMM salue la décision du gouvernement de mettre sur pied une commission d’enquête sur les courses hippiques et se réjouit que les attributions de la Commission d’enquête soient connues.

Pour lui, le  point clé  demeure le choix du président et de ses deux assesseurs. Il dit avoir une préférence tout comme Navin Ramgoolam pour un étranger. Il faut quelqu’un de solide pour la présidence, selon lui. Concernant les assesseurs, il faut des personnes courageuses, qui connaissent le milieu et  qui ne sont pas prisonniers de cet univers mais ce n’est pas facile de trouver ces oiseaux rares, admet-il.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1348:situation-economique&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LE METRO LEGER 22 juillet 2014

Paul Bérenger réclame un report du projet


 -L’Assemblée nationale ajournée au 7 octobre.


 PNQ

 

L’Assemblée nationale a été ajournée au 7 octobre à la fin des travaux parlementaires hier, mardi 22 juillet. Plus tôt, la PNQ du leader de l’opposition, adressée au ministre Bachoo, était axée sur le projet de  métro léger. Paul Bérenger a demandé au ministre d’indiquer si le tracé et l’analyse financière et économique ont été finalisés et, le cas échéant, d’indiquer (a) le coût total et son impact sur les compagnies de transport en commun et sur ​​l’emploi ; (b) où en est l’exercice d’appel d’offres, en indiquant les raisons pour lesquelles certains opérateurs se sont retirés et les dates prévues du début et d’achèvement des travaux à cet égard; (c) s’il déposera une copie de l’accord signé avec Singapour Corporation Enterprise en  indiquant les sommes versées à ce jour à Singapour Mass Rapid Transport; et  (d) si un National Traffic Master Plan est disponible?

Dans sa réponse, le ministre a déclaré que ce projet coûtera Rs 22, 2 milliards. Il a indiqué qu’il y a eu six soumissionnaires, trois propositions ont été retenues. Elles ont été soumises par deux compagnies indienne et chinoise  et les propositions de la compagnie chinoise ont été rejetées car elle est « black listed » par la Banque Mondiale. Il a ajouté que le gouvernement  étudie les propositions de la  firme indienne et il se peut que l’accord financier soit signé fin octobre 2014. Le ministre a assuré que les coûts du ticket du métro léger seront les mêmes que les tarifs de bus sur le trajet Curepipe/Port-Louis  et qu’il n’y aura pas des pertes d’emploi dans le secteur du transport en commun. Quant à la publication de l’accord, ils sont tenus par une clause de confidentialité et ce ne sera pas possible de divulguer les détails a ajouté le ministre.

Paul Bérenger a dit  regretter l’absence d’une coordination entre le projet métro léger et les autres aspects du transport en commun et privé et souhaite qu’une étude soit confiée à la Banque mondiale. Le leader de l’opposition a réclamé un report du projet  pour après les élections générales en  soutenant que des investissements lourds, soit Rs 22,2 milliards seront requis et qu’il n’y a qu’un seul soumissionnaire encore en lice pour le projet, soit l’Afcons Infrastructure de Ltd de l’Inde, aussi bien que la nécessité d’une coordination de la politique du gouvernement en vue de réconcilier d’autres problèmes relevant du transport en commun ou encore l’utilisation grandissante des voitures privées par des Mauriciens. Il a souhaité que le gouvernement fasse appel à la Banque mondiale ou à une autre agence internationale pour une évaluation avant le démarrage du projet. Le ministre Bachoo a répondu que le gouvernement ira de l’avant avec ce projet qui vise à  soulager le trafic routier.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1347:pnq-sur-le-metro-leger-22-juillet-2014&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LE METRO LEGER

Paul Bérenger réclame un report du projet


 -L’Assemblée nationale ajournée au 7 octobre.


 PNQ

 

L’Assemblée nationale a été ajournée au 7 octobre à la fin des travaux parlementaires hier, mardi 22 juillet. Plus tôt, la PNQ du leader de l’opposition, adressée au ministre Bachoo, était axée sur le projet de  métro léger. Paul Bérenger a demandé au ministre d’indiquer si le tracé et l’analyse financière et économique ont été finalisés et, le cas échéant, d’indiquer (a) le coût total et son impact sur les compagnies de transport en commun et sur ​​l’emploi ; (b) où en est l’exercice d’appel d’offres, en indiquant les raisons pour lesquelles certains opérateurs se sont retirés et les dates prévues du début et d’achèvement des travaux à cet égard; (c) s’il déposera une copie de l’accord signé avec Singapour Corporation Enterprise en  indiquant les sommes versées à ce jour à Singapour Mass Rapid Transport; et  (d) si un National Traffic Master Plan est disponible?

Dans sa réponse, le ministre a déclaré que ce projet coûtera Rs 22, 2 milliards. Il a indiqué qu’il y a eu six soumissionnaires, trois propositions ont été retenues. Elles ont été soumises par deux compagnies indienne et chinoise  et les propositions de la compagnie chinoise ont été rejetées car elle est « black listed » par la Banque Mondiale. Il a ajouté que le gouvernement  étudie les propositions de la  firme indienne et il se peut que l’accord financier soit signé fin octobre 2014. Le ministre a assuré que les coûts du ticket du métro léger seront les mêmes que les tarifs de bus sur le trajet Curepipe/Port-Louis  et qu’il n’y aura pas des pertes d’emploi dans le secteur du transport en commun. Quant à la publication de l’accord, ils sont tenus par une clause de confidentialité et ce ne sera pas possible de divulguer les détails a ajouté le ministre.

Paul Bérenger a dit  regretter l’absence d’une coordination entre le projet métro léger et les autres aspects du transport en commun et privé et souhaite qu’une étude soit confiée à la Banque mondiale. Le leader de l’opposition a réclamé un report du projet  pour après les élections générales en  soutenant que des investissements lourds, soit Rs 22,2 milliards seront requis et qu’il n’y a qu’un seul soumissionnaire encore en lice pour le projet, soit l’Afcons Infrastructure de Ltd de l’Inde, aussi bien que la nécessité d’une coordination de la politique du gouvernement en vue de réconcilier d’autres problèmes relevant du transport en commun ou encore l’utilisation grandissante des voitures privées par des Mauriciens. Il a souhaité que le gouvernement fasse appel à la Banque mondiale ou à une autre agence internationale pour une évaluation avant le démarrage du projet. Le ministre Bachoo a répondu que le gouvernement ira de l’avant avec ce projet qui vise à  soulager le trafic routier.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1347:pnq-sur-le-metro-leger&catid=1:latest-news&Itemid=44

BLACK-OUT EN 2015

Paul Bérenger réaffirme ses craintes après l’explication du ministre Beebeejaun


BLACK


Le dossier énergétique, le projet CT Power, l’achat de six Airbus A350 par Air Mauritius, les élections générales, le métro léger, les Administrations régionales, la situation au Proche Orient et au Champ-de-Mars sont autant de sujets abordés par Paul Bérenger lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, samedi 19 juillet.


Revenant sur le dossier énergétique, Paul Bérenger a insisté qu’un black-out d’ici 2015 est à craindre. Le pays est en train de jouer avec le feu, selon lui. La réponse du ministre Rashid Beebeejaun au Parlement la semaine dernière confirme le risque de black-out dans le pays, soutient-il. Il décrie le pari risqué  du ministre Beebeejaun et du CEB. « Les solutions du gouvernement pour assurer une fourniture énergétique adéquate portent notamment sur l’achat de quatre générateurs de 15 mégawatts pour permettre au pays de produire de l’électricité d’ici 2015 et convaincre la centrale de Médine et de Beau-Champs de renouveler leur contrat. J’ai de forts doutes que les deux machines pour la production de 15 mégawatts  d’électricité chacune soient opérationnelles en novembre 2015 comme l’affirme le ministre alors que la ‘closing date’ pour l’appel d’offres a été fixée le 11 septembre 2014 », soutient-il. Quant à la deuxième solution avancée, c’est peu probable qu’ils acceptent, a souligné le leader de l’opposition. Car, dit-il, Beau-Champ a déjà expliqué qu’il avait décidé d’envoyer ses équipements en Tanzanie. « Selon mes renseignements, ils ne sont pas intéressés car le prix que propose le CEB n’est pas intéressant pour eux. Nous sommes en train de jouer avec le feu », martèle Paul Bérenger.

BLACK

En ce qui concerne le projet CT Power, le leader du MMM estime que la réponse du ministre Beebeejaun est encore plus grave. « Selon Beebeejaun , si le projet n’est pas mis en place, nous ferons face à un ‘power shortage’ en 2017. Or, à ce jour, nous ne connaissons ni les actionnaires derrière le projet et encore moins la situation financière des promoteurs. La balle est dans le camp du ministère des Finances qui ne peut donner son feu vert aussi longtemps qu’il n’obtienne pas des renseignements sur les promoteurs du projet CT Power », a-t-il ajouté.

Le leader du MMM renouvelle, dans la foulée, son appel pour que des experts de la Banque Mondiale fassent une évaluation objective sur les besoins énergétiques du pays. « Nous saurons alors s’il y a urgence de lancer un appel d’offres international pour la production de 50 et 100 mégawatts. CT Power aura sa chance de participer à cet exercice d’appel d’offres », fait-il ressortir.

Répondant à une question de la presse sur la déclaration de  Somduth Dulthumun, Paul Bérenger a déclaré : « Qu’est-ce que Dulthumun  connaît dans la production de l’électricité ? Nous ne pouvons pas jouer avec le destin du pays sur les bêtises de Dulthumun ».


La tenue des élections générales


 

BLACKInterrogé sur la déclaration de Navin Ramgoolam en début de semaine à l’effet que le Budget serait présenté cette année et qu’il comptait bien terminer son mandat qui s’achève en 2015, Paul Bérenger répond : « Je ne crois pas qu’il y aura la présentation du Budget en novembre et la tenue des élections l’année prochaine. ‘Ramgoolam pe met dimoun lor ene fos la pis’. »  « Ramgoolam peut dire que les élections se tiendront en 2015. Les gens sont libres de le croire. Moi, je ne le crois pas du tout ». Le leader du MMM affirme que plus « on tarde avec les élections, plus on fait un tort terrible au pays.  C’est en tant que patriote que j’insiste pour que les élections aient lieu le plus vite possible, mais dans un délai raisonnable. » Et d’ajouter : « Je respecte les prérogatives du Premier ministre, mais on parle là du pays. Il est dans l’intérêt de Maurice que les élections se tiennent avant 2015. ‘Pays zordi anpandan’. Tout fout le camp. ‘Nepli ena gouvernement.  Nepli ena desizyon’ ».

Le leader du MMM précise que le MMM prendra sa décision d’aller seul ou avec un partenaire aux législatives en temps et lieu. « Ce qui ne change pas, c’est notre programme », soutient-il. Pour lui, le pays a vivement besoin d’un  gouvernement solide qui donne l’exemple.

 

Air Mauritius



BLACK  Paul Bérenger s’élève contre la décision d’Air Mauritius d’acheter  à la veille des élections  des avions à plus de Rs 40 milliards  après le précédent de Rs 5 milliards que le pays a perdues dans le ‘hedging saga’.

« Le premier avion qu’Air Mauritius a choisi n’est même pas encore entré en opération. Probablement, le choix de cet avion a été le bon choix. Mais, avec la rapidité de cette décision, je ne crois pas qu’il y a eu des ‘négociations dures’ surtout que je ne fais pas confiance du tout à André Viljoen qui est à la tête d’Air Mauritius », dit-il.

Paul Bérenger se pose également des questions : « Il n’y a pas le feu à ce que je sache. Pourquoi alors autant d’urgence ? Le Premier ministre a-t-il été ‘fully brief’ sur ce dossier ? ». Il exige des  garanties  formelles  afin de savoir si toutes les procédures ont été bien suivies car  Air Mauritius devra rendre des comptes et justifier son choix et les conditions d’achat de ces avions après les élections.

« Je ne suis pas convaincu qu’Air Mauritius a mis toutes les chances de son côté pour avoir the ‘right plane’ à des meilleures conditions. Il n’est pas trop tard. Qu’on finalise le deal après les élections », recommande-t-il.


 Métro léger


 Le projet de métro léger impliquera des investissements considérables, a déclaré le leader du MMM. Sa Private Notice Question mardi prochain sera axée sur cette  question, a-t-il annoncé. Il a dit, en outre, avoir relevé  un paradoxe entre le projet de métro léger et la politique gouvernementale. L’Etat construit des routes et encourage les particuliers à acheter des voitures. Contrairement à  Singapour où la population est encouragée à utiliser ce mode de transport et où une voiture privée coûte très chère.



Le ministre Aimée responsable des problèmes des marchands ambulants



BLACK

Pour le leader du MMM, le ministre Aimée aura été une catastrophe aux Administrations régionales avec sa loi rétrograde. Il a rappelé qu’alors que la mairie  de Port Louis avait négocié trois sites pour reloger les marchands ambulants, le ministre a repris le dossier. « C’est lui qui est responsable des problèmes des marchands ambulants et le problème entre  les conseillers et le secrétaire de la ville à la mairie  de Port Louis. Il porte l’entière responsabilité de la détérioration de la situation. Par sa façon de faire, il s’est disqualifié de par sa loi rétrograde et son ingérence dans les collectivités locales », selon lui.


Champ-de-Mars


Paul Bérenger a  rappelé que trois mois de cela, il avait dénoncé la situation au Champ-de-Mars. « Il y a un vrai mafia. L’heure est à l’action. Il faut un grand coup de balai et de rotin pour nettoyer le Champ-de-Mars », a-t-il soutenu en blâmant le Mauritius Turf Club, le Gaming Board et la Police des jeux. Il dit attendre la réponse du PM aux questions parlementaires de Rajesh Bhagwan et de Nita Deerpalsing, mardi prochain. 

 

La situation au Proche Orient


Paul Bérenger a réaffirmé sa  solidarité totale  au peuple palestinien particulièrement aux habitants de Gaza. Il a ajouté que si Israël se permet de faire ce qu’il fait c’est en raison  de  l’appui inconditionnel des États-Unis.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1346:black-out-en-2015&catid=1:latest-news&Itemid=44

A L’ASSEMBLEE NATIONALE

L’amendement constitutionnel voté à une majorité écrasante


 ASS

 

A l’Assemblée nationale, vendredi11 juillet, après la tranche réservée à la PNQ, Alan Ganoo  est intervenu  sur le Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill, ensuite ce fut le summing-up du Premier ministre. Lors du passage au Committee Stage, le Premier ministre est venu avec un amendement, secondé par le leader de l’opposition, Paul Bérenger. Le but était de s’assurer qu’au cas où  aucun membre de la communauté sino-mauricienne n’est élu, un de leurs candidats sera repêché en premier par le Best Loser System. Après les interventions sur cet amendement, le Bill a été voté avec amendement. Suite à une « Division of votes » réclamée par le Premier ministre,les résultats étaient comme suit: sur les 69 députés, 63 ont voté pour et un contre. Il y a eu trois abstentions et deux autres députés étaient absents au moment du vote. Tous les députés du Parti travailliste, du MMM et du MSM ont voté en faveur de ce projet de loi. Ceux du PMSD, à savoir Xavier-Luc Duval, Thierry Henry et Aurore Perraud se sont abstenus. Le seul député qui a voté contre est le leader du Front solidarité mauricien (FSM) Cehl Meeah alors que les  absents sont les députés Nando Bodha et Prithvirajsing Roopun du MSM.

Alan Ganoo déplore que certains dans l’opposition ont tenu des discours  indignes


ASS Lors de son intervention sur ce Bill, Alan Ganoo a retracé l’histoire du système électoral actuel. Il a rappelé que le gouvernement actuel n’a pas de mandat pour une réforme électorale et c’est pour cette raison qu’il a fallu trouver un « effective remedy ».Ce projet de loi vise à amender la Constitution pour permettre à un candidat aux élections générales de ne pas déclarer son appartenance ethnique, a-t-il fait remarquer. Le leader adjoint du MMM a souligné que le Best Loser System était  un mal nécessaire malgré toutes les critiques auxquelles il a fait face. Cette formule a, selon le lui,  absorbé les tensions communales et a préservé la stabilité et la paix  dans le pays. 

Il a déploré que  certains dans l’opposition  ont tenu des discours  indignes  lors des débats sur cet amendement à la Constitution. Il les accuse de  jouer aux pyromanes et de patauger dans le communalisme. Ça ne peut mériter que notre mépris, a-t-il dit, en précisant que le vœu de nombreuses personnes n’est pas de faire disparaître le Best Loser System, mais de la convertir en un mécanisme alternatif plus crédible. Le mécanisme change, mais l’objectif reste, a-t-il ajouté.  À ceux qui suggèrent de remettre à jour le recensement de la population de 1972, qui est utilisé pour désigner les Best Losers, il répond que  ça aurait été une bombe à retardement. Mais il a reconnu que cet amendement n’est pas l’idéal. La meilleure solution, a-t-il ajouté, aurait été de venir avec le texte de loi sur la réforme électorale La réforme électorale est un défi allant au-delà des intérêts politiques, selon lui. Ce texte de loi est sur le point d’être finalisé mais ce sera pour après les élections générales, a-t-il dit. Le seul fait que cet amendement permette à un candidat de ne plus déclarer son appartenance ethnique  est en soi déjà un très grand accomplissement, a-t-il souligné. Il a aussi donné la garantie que la réforme électorale deviendra une réalité après les élections. Pour conclure, il a déclaré qu’il est clair que le MMM, seul ou en alliance, sera au pouvoir et introduira cette réforme.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1342:a-lassemblee-nationale&catid=1:latest-news&Itemid=44

PNQ SUR LA PRODUCTION ENERGETIQUE

Paul Bérenger  insiste pour la mise sur pied d’une équipe de la BAD et de la BM pour une évaluation


PNQLa PNQ du leader de l’opposition, vendredi 11 juillet, adressée au ministre Beebeejaun  était  axée sur la production énergétique. Paul Bérenger a demandé au ministre : (a) d’indiquer le ‘response’ du gouvernement à l’évaluation récente de la Banque Africaine de Développement en ce qui concerne le risque de black-out en 2015 et 2017 parce que la demande dépasse la capacité  des générateurs installés ; (b) si le projet CTPower  a été abandonné; (c) pourquoi la part des énergies éolienne et solaire est négligeable à ce jour; (d) si le rapport  des consultants sur le gaz naturel liquéfié (GNL) a été reçu; et (e) pourquoi un régulateur indépendant n’est pas opérationnel à ce jour, en indiquant si les tarifs de l’électricité vont augmenter?

 Le ministre dans sa réponse a déclaré qu’il n’y a aucun risque de black-out et aucune révision à la hausse des tarifs du CEB n’est envisagée. Concernant CTPower, il a expliqué que, contrairement à ce qu’il avait annoncé le 22 novembre 2013, le calendrier pour la mise en application du projet CT Power a été revu. Il est maintenant attendu que la centrale entre en opération en 2017 au lieu de 2016. Toutefois, il a indiqué que si le projet CT Power n’est pas implémenté, on craint un ‘power shortage’ en 2017. Jusqu’ici, plusieurs accords ont déjà été signés, mais restent à finaliser une étape essentielle : l’Implementation Agreement. Le gouvernement, a-t-il  indiqué, insiste pour que le promoteur donne un ‘proof of funds towards equity’ comme condition sine qua non pour l’Implementation Agreement. Il a déploré que le ministère des Finances n’a pas encore donné son feu vert concernant la solidité financière de CT Power. Il a précisé que le coût du projet, soit quelque Rs 10 milliards, n’a pas changé et a donné la garantie qu’il n’y aura pas de ‘power shortfall’ ni de black-out en 2015.

Paul Bérenger lui a fait remarquer que le rapport de la BAD indique clairement que le pays marche sur une corde raide en termes de capacité de production énergétique. Il a aussi insisté pour la mise sur pied d’une équipe de la BAD et de la Banque Mondiale pour une évaluation concernant les besoins énergétiques à Maurice.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1341:pnq-sur-la-production-energetique&catid=1:latest-news&Itemid=44

AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL

Paul Bérenger : « Un grand pas en avant »


CON

L’Assemblée nationale qui  a repris ses travaux, vendredi 4 juillet, pour débattre le Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill a été ajournée au lundi 6 juillet à 11h30 pour la reprise des débats.  Outre le Premier ministre qui a présenté le Bill, Paul Bérenger, leader de l’opposition et du MMM, Pravind Jugnauth, leader du MSM et Xavier Duval, leader du PMSD ont pris la parole. Paul Bérenger a aussi soulevé deux points de droits qui ont  nécessité le ruling du Speaker lors de cette séance.

Lors de son discours, Paul Bérenger a qualifié le texte de loi de  grand pas en avant. Il a souhaité que les débats sur le texte de loi se déroulent dans  toute la sérénité nécessaire  et soient couronnés par un vote unanime. Tout en reconnaissant que le Constitution (Declaration of Community) (Temporary Provisions) Bill est  un grand pas en avant pour Maurice, Paul Bérenger, n’a pas manqué de préciser que le MMM aurait préféré une « full electoral reform ».

Pour le leader de l’Opposition, cet amendement constitutionnel est une occasion en or pour se concentrer pleinement sur la réforme électorale. Il est revenu sur le  travail assidu  du MMM et du gouvernement sur les moindres détails du projet de loi sur la réforme électorale, tout en prenant en compte l’élimination du Best Loser System (BLS) sans pour autant provoquer d’inquiétudes autour de la représentativité des communautés au Parlement.  « Nous avons travaillé sur le remplacement des huit sièges du Best Loser System en proposant une liste fermée de six candidats par ordre alphabétique à la Commission électorale », a-t-il expliqué. « Cela démontre que nous sommes des personnes qui croyons sincèrement dans l’unité nationale », a-t-il poursuivi. Il s’est dit persuadé que les candidats qui souhaiteront quand même déclarer leur appartenance ethnique bien qu’ils n’y seront pas obligés, le feront pour la dernière fois lors des prochaines élections. Car lors des élections suivantes, le système électoral aura déjà été réformé. Le leader de l’Opposition a annoncé que les membres du MMM déclareront ‘under protest’ leur appartenance ethnique aux prochaines élections.« Nous aurons le cœur gros mais nous le ferons », a-t-il dit.

Paul Bérenger a aussi félicité le MSM pour avoir choisi de voter pour l’amendement constitutionnel. Il a par ailleurs demandé à Xavier-Luc Duval de lire l’intervention de Gaëtan Duval prononcé lors des débats de la présentation de l’amendement abolissant l’appartenance communale dans le recensement national de la population en 82. Sir Gaëtan Duval, qui avait voté pour le texte de loi, avait alors considéré à cette époque qu’un référendum était un « waste of time » et un « rubbish ».  Il a souhaité que le PMSD revienne sur sa position de manière à ce que le texte de loi soit adopté à l’unanimité.

Il a conclu en affirmant qu’il rêve de faire de Maurice  un pays phare, un modèle de démocratie et d’unité dans la diversité. Il a terminé son discours en lançant : vive l’Île Maurice et la République de Maurice !

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1336:amendement-constitutionnel&catid=1:latest-news&Itemid=44