2EME REPUBLIQUE

Le MMM souhaite un rééquilibrage de pouvoir entre le PM et le Président


REP

 

Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, samedi 17 mai, Paul Bérenger a présenté les propositions de ce parti pour une 2ème République. Il s’est dit  impressionné  par le Draft Bill sur la réforme électorale, circulé vendredi. Il a aussi commenté les élections en Inde, l’affaire MITD, la situation à Macondé et les CJSOI qui doivent se tenir à Djibouti.

 

Parlant de la 2ème République, le leader du MMM a déclaré : « Il y a trop de pouvoirs qui sont concentrés entre les mains du Premier ministre. Il faut un meilleur équilibre entre le Président de la République et le Premier ministre ». Il se dit en faveur d’un  rééquilibrage au profit de la démocratie. S’il propose que les pouvoirs et prérogatives actuels du Premier ministre restent inchangés, il estime que ceux du président de la République  doivent augmenter.
Il a fait six propositions. Ce sont là les idées du MMM qui sont  sujettes à des amendements, avance-t-il en invitant la population et la classe politique à avoir un débat  sain  sur la question. (i) Il recommande que le président de la République soit élu pour un mandat de sept ans au lieu de cinq pour que les législatives et l’élection présidentielle ne coïncideront pas. (ii) Que le président de la République soit élu au suffrage universel à un tour, au lieu d’avoir des scrutins à deux tours. Une telle pratique, indique-t-il, existe déjà en Zambie ou au Malawi.  Le MMM s’oppose au second tour qui dit-il, peut devenir un danger pour un pays comme Maurice. (iii) Concernant la dissolution de l’Assemblée nationale: Que Maurice s’aligne sur l’Inde. Un président indien, indique-t-il, peut dissoudre la chambre basse à n’importe quel moment, alors qu’à Maurice, il ne peut le faire qu’à la demande du Premier ministre. (iv) Il faut accorder un pouvoir additionnel au président de la République. Celui de pouvoir présider le Conseil des ministres quand il le décide. Actuellement, le président de la République n’assiste pas au Conseil des ministres, même si le Premier ministre a le devoir de l’informer chaque semaine des décisions prises, ajoute-t-il. « Si le président de la République avait ce pouvoir, Cassam Uteem n’aurait pas démissionné quand il était question de voter la Prevention of Terrorism Act (PoCA). Il y aurait eu consensus », soutient Paul Bérenger. (v) Que le président de la République ait un rôle diplomatique en étroite collaboration avec le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères. Ainsi, le président de la République aura la possibilité de représenter le pays à des sommets des chefs d’État et en d’autres occasions. (vi) Augmenter le pouvoir de nomination du président de la République. « Quand nous étions au pouvoir, nous avons apporté des amendements pour que le président de la République puisse nommer des personnes. Aujourd’hui, c’est le président de la République qui nomme le chef juge ou encore les membres de la Commission électorale. Il faut aller encore plus loin dans l’intérêt de la démocratie », recommande Paul Bérenger.

 

Réforme électorale


REP
Paul Bérenger se dit  impressionné  par le Draft Bill circulé vendredi « Je suis très impressionné par la vitesse et la qualité du travail du State Law Office et de sir Victor Glover. C’est presque fait. Bravo et merci ». Il a lancé un appel au PM pour qu’il vienne au plus vite avec un projet de loi.

Le MSM cherche des prétextes, selon lui. « Comme en 2005, le MSM cherche aujourd’hui des prétextes pour ne pas voter le projet de loi sur la réforme électorale. Je ne suis guère étonné. Si les députés du MSM ne votent pas le Bill, les Mauriciens, surtout les jeunes, trouveront le vrai visage du MSM. » Il a prévenu le MSM et le PMSD que si la majorité de ¾ nécessaire à la promulgation de la loi n’est pas obtenue au Parlement, il y a d’autres solutions. «Mem si pena 3/4, kapav amand la lwa pou ki bann kandida pa deklar zot apartenans etnik.» Un simple amendement (remplacer every candidate shall declared his community par may) permettrait, selon lui, d’abroger l’obligation pour les députés de déclarer leurs origines ethniques.  Mais le MSM et le PMSD devront prendre leurs responsabilités s’ils ne votent pas en faveur du projet de loi, dit-il.

 

Les élections en Inde

 

Paul Bérenger a annoncé qu’il a fait parvenir des messages au nouveau président élu, Naraindra Modi, à M. Advani qu’il connaît très bien, à Mme Sonia Gandhi et à Rahul Gandhi. Il a ajouté que l’Inde, la plus grande démocratie au monde a une nouvelle fois donné un exemple de démocratie  et que le monde entier doit tirer des leçons du déroulement des élections et de la performance de sa commission électorale. Il a souhaité bonne chance à la nouvelle équipe et à la grande Péninsule.

 

L’affaire MITD


REP

Il se dit extrêmement heureux que Mmes Sudha Sing et  Pascale Baudet ont été innocentées. Les ministres Bunwaree et Jeetah auraient dû démissionner, selon lui. Il ajoute que  les messieurs du CCID devront aussi rendre des comptes. Il a aussi dénoncé la persécution contre, M. Madhow,  président du syndicat de la MITDWU.

 

La situation à Macondé

 

Il a exprimé son soutien aux habitants de cette région qui font face à des moments difficiles. Il dit suivre la situation de très près avec Alan Ganoo et Josique Radegonde. Il a ajouté qu’il a évoqué ce cas avec le ministre Bachoo et qu’il attend  une copie du rapport des experts.

 

CJSOI


Concernant ces jeux qui sont prévus à Djibouti, il demande au ministre des Affaires étrangères de  revoir la participation de Maurice pour cause de sécurité.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1319:rep&catid=1:latest-news&Itemid=44

1ER MAI/ASSEMBLEE DES DELEGUES DU MMM

Paul Bérenger : «Le MMM se prépare à aller seul aux prochaines élections »


 ASS

 

Lors de l’assemblée des délégués du MMM, ce matin,  Paul Bérenger, pendant  près de deux heures, a tenu à expliquer l’objectif de ses discussions avec Navin Ramgoolam à propos de la réforme électorale et de la 2ème République. Il est également revenu sur les relations entre le MMM et le MSM depuis janvier. Il a dit haut et fort que le MMM se prépare à aller seul aux prochaines élections. Il a aussi  fait un appel spécial aux jeunes. Après l’intervention de ce dernier, des militants sont intervenus pour exprimer leurs points de vue ou rechercher des éclaircissements. Les militants dans la confusion après les événements de la semaine dernière sont partis satisfaits après les explications du leader du MMM.


Lors de son intervention, Paul Bérenger a encore une fois,  expliqué que le MMM  ne veut pas entrer au gouvernement si ce n’est que pour appliquer son programme électoral. Il a rappelé les trois objectifs de ce programme: nettoyer et désinfecter le pays, consolider la démocratie et relancer l’économie. Notre programme est plus valable que jamais, compte tenu des scandales qui secouent le pays, a-t-il dit.

 

Réforme électorale et 2ème République


 ASS

 

Il a soutenu que le MMM ne pouvait pas rater un rendez-vous avec l’Histoire en ne participant pas aux discussions sur un nouveau système électoral et d’une 2ème République. Nous étions arrivés au but», a-t-il affirmé, en indiquant que Navin Ramgoolam et lui-même étaient d’accord à 80 %. «Cela aurait été un grand pas en avant pour le pays», a-t-il déclaré. Il a aussi affirmé que tout était réglé concernant la 2èmeRépublique, avant que le Premier ministre, «out of the blue», ne revienne sur la question d’élection du président au suffrage universel. Une option que le MMM a toujours réfutée, selon lui, car elle serait une bombe communale. Il dit craindre surtout le face-à-face du deuxième tour, qui provoquerait, selon ses dires, une dangereuse scission de la population en deux camps communautaires. Le leader du MMM a déclaré qu’il  ne rencontrera pas Navin Ramgoolam aussi longtemps que le texte de loi sur la réforme électorale ne soit pas présenté, débattu et voté à l’Assemblée nationale. Il n’y aura pas de discussions, a-t-il ajouté.

ASS

ASS

 Les élections sont très proches, selon lui,  ajoutant que le MMM se prépare à aller seul aux prochaine sélections sans toutefois offrir la garantie que le MSM ne retournera pas avec le PTr.  Paul Bérenger met en garde le MSM au sujet d’un éventuel rapprochement avec le PTr, car cette fois-ci « lepep pou crache lor zot », dit-il.

« Chacun doit assumer sa responsabilité devant l’Histoire. Qui a mis Navin Ramgoolam au pouvoir en 2010, et ce après toutes les humiliations qu’il leur a fait subir », a-t-il demandé. Paul Bérenger a justifié sa position par le fait que le MMM est passé tout près de la victoire en 2010, et attribue sa défaite à  l’argent et au communalisme. Un fléau qui, selon lui, est en régression.

 Il avance que le MMM a l’occasion de réécrire l’Histoire comme en 1982. Il a rappelé alors la  campagne communale  menée contre lui en 1983, suite à la cassure du gouvernement MMM-PSM.  « Qui était Premier ministre et ministres à l’époque, a-t-il encore demandé.

 

Remake 2000


ASS  Le leader du MMM dit  non  au Remake basé sur le principe d’un partage de 30-30 tickets et de 3ans/2ans Premier ministre.

Il est revenu sur les raisons de la cassure du Remake. Selon lui, il y avait déjà des « bisbilles » depuis janvier en raison de la position de Pravind Jugnauth dans la hiérarchie dans un éventuel gouvernement MMM-MSM.

Il a aussi  expliqué que SAJ était persuadé que trois à cinq ministres allaient se joindre au MSM. Mais ce sont trois députés du MSM qui ont basculé du côté de la majorité gouvernementale, a-t-il ironisé.

 

ASS  Paul Bérenger se dit  exaspérer par certains  au MSM à l’instar de  Maya Hanoomanjee, et de Showkutally Soodhun, et ceux qui ont été  condamnés pour corruption  et « ki montre zot divan dan rezional  ». Puis il y a les  tactiques dilatoires  de Pravind Jugnauth devant la Cour intermédiaire dans le procès MedPoint.

Le leader du MMM a aussi  répondu aux nombreuses critiques contre un rapprochement avec le PTr, en précisant, entre autres, que la question d’une nouvelle République n’avait rien à voir avec une alliance. Affirmant que tout au long des discussions, personne au MMM ne s’est prononcé contre. Il a fustigé les «donneurs de leçons qui ne comprennent rien et n’ont pas de respect pour les gens».

 

Appel aux jeunes


 ASS

Paul Bérenger a également dénoncé des dérives au MSM et au PTr, en clamant qu’après 45 ans de lutte, le MMM est le seul parti à pouvoir marcher la tête haute et avec les mains propres. Il a lancé un appel spécial aux jeunes déçus par la politique, en soutenant qu’il existe des politiciens intègres et honnêtesqui ont des principes. «Si ou anvi gagn bout, al ar MSM. Nou na pa roder bout nou » a-t-il dit.

Read more http://www.mmmparty.org/lemilitant/index.php?option=com_content&view=article&id=1312:1er-maiassemblee-des-deleguesdu-mmm&catid=1:latest-news&Itemid=44