^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

Paul Bérenger demande à la population de prendre en compte la sonnette d’alarme du FMI

CON

Paul Bérenger, lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 19 août, a évoqué l’économie du pays plus particulière sur le rapport du FMI et l’avenir de l’industrie sucrière. Il  a aussi démenti catégoriquement une quelconque rencontre entre le député Aadil Ameer Meea et le Premier ministre Pravind Jugnauth et dénoncé Showkutally Soodhun pour ses propos alarmistes sur le réservoir la Ferme.

Parlant du  rapport du FMI, il a dit que cette institiuion a  tiré la sonnette d’alarme mais avec des termes codés. « Il y a des analyses positives mais également des réserves», constate-t-il.  Il faut savoir lire entre les lignes, selon lui.  Il explique que la création d’espace fiscal est un signe qu’il n’y a pas assez d’investissements dans le pays. Mais le plus inquiétant, ajoute-t-il, sont les comptes courants et il prévoit une détérioration. Il demande à la population de prendre en compte la sonnette d'alarme du FMI. Il a  conclu en disant  que cette institution prévoit de gros dangers pour Maurice si la dette publique et le déficit budgétaire ne sont pas repensés. 

L’industrie sucrière

Quant à l’industrie sucrière, il  est d’avis que sa survie est en jeu. Il souligne qu’en dix ans, le nombre de petits planteurs a baissé par 40%.Il se dit inquiet, entre autres, de la dégringolade du prix du sucre sur le marché international. Selon lui, on ne peut évoquer la baisse de la production de sucre sans parler de la production énergétique. «Il est clair que la survie de l’industrie sucrière sera la priorité du prochain gouvernement. Le MMM travaille déjà sur le sujet pour trouver des solutions et viendra avec des propositions concrètes pour ce secteur dans les semaines à venir.», a-t-il dit.

MSM/MMM : « Pena et pa pou ena raprosma parski zordi MSM se enn pouritir»

Le leader du MMM a démenti catégoriquement une quelconque rencontre entre le député Aadil Ameer Meea et le Premier ministre Pravind Jugnauth lors des célébrations marquant les 70 ans de de l’indépendance de l’Inde à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments, mardi 15 août. «  Adil pa finn zwen Pravind ni dan twalet, ni dan la kwizin, ni dan koulwar » a-t-il  affirmé. Il a précisé qu’il n’y a aucun rapprochement entre le MMM et le MSM.«Je mets les choses au clair :’ Pena et pa pou ena raprosma parski zordi MSM se enn pouritir’. Nous travaillons sur une liste de 60 candidats pour les prochaines élections», a-t-il déclaré. Il a qualité l'article de  méchant. Le principal concerné, Adil Ameer Meea, aussi présent a déclaré que c’est ridicule et une  invention de la part de certains journaux.

Réservoir de la Ferme

Le leader du MMM a dénoncé Showkutally Soodhun pour ses propos alarmistes sur le réservoir de la Ferme qui a créé une panique. « Li pa konsern zis squater me bann fami ki res dan les anviron et  tou la rezion de ‘Bambous’. Il a aussi déploré que le ministre Collendavelloo « dir dan enn deklarasion ki mintenan ki pe al rod enn konsiltan ».  

 

 

Paul Bérenger : « Pas de commentaire aussi longtemps que les travaux ne soient terminés»

CON

Paul Bérenger a fait un survol de l’actualité locale et internationale lors de la  conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 12 août. Commission d’enquête sur la drogue, élection partielle, prix des carburants, dommage à Emtel et situation internationale ont fait l’objet de ses commentaires.

Parlant de la Commission d’enquête sur la drogue présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, le leader du MMM a dit qu’il ne  commentera pas  les allégations et les révélations formulées par le trafiquant de drogue Peroomal Veeren lors de son audition le jeudi 10 août. Il a ajouté qu’il ne fera pas de commentaire aussi longtemps que les travaux de la commission d’enquête ne soient terminés. Cependant, il affirme qu’il est clair qu’en temps et lieu toute la vérité éclatera sur les liens entre le MSM et ses avocats et les allégations autour du trafic de drogue depuis deux ans et demi. Il a aussi  accusé le MSM d’avoir mis des bâtons dans les roues lorsque les réformes portant sur le financement politique avaient été discutées au sein du gouvernement MSM-MMM de 2000-2005.

Élection partielle

Abordant l’élection partielle qui devrait avoir lieu au no 18, il a déclaré : «Le pays n’a pas besoin une ou deux élections partielles mais d’élections générales. Mais comme nous l’avons déjà dit, puisqu’il y un siège vacant à remplir à l’Assemblée nationale, nous sommes prêts pour cette élection partielle et notre campagne pour cette joute électorale se passe bien. Si une élection partielle se tiendra, le MMM la remportera», a-t-il déclaré.

Prix des carburants

Commentant la hausse des prix des carburants, il a déploré que le gouvernement n’enlève pas les Rs 4 par litre d’essence qui avaient été rajouté pour le Build Mauritius Fund. «Quand en 2015, le prix de l’essence dégringolait sur le marché international, sir Anerood Jugnauth et Vishnu Lutchmeenaraidoo, avaient décidé de rajouter ces Rs 4», a-t-il rappelé. Selon lui, alors que le prix de l’essence augmente en ce moment, la surcharge aurait dû être abolie. Il qualifie de cynisme ce qui s’est produit. Quant à la marche de protestation organisée par les partis de l’opposition parlementaire dans les rues de Port Louis vendredi pour contester la hausse des prix des carburants, il affirme qu’il s’agit là d’un début d’action de l’opposition dans l’unité. Il soutient que la police n’a accordé la permission pour tenir cette marche jeudi. De ce fait, dit-il, les organisateurs n’ont pas eu suffisamment de temps pour bien la préparer. Il félicite toutefois les partis politiques,  les syndicalistes et tous ceux qui  ont participé à cette marche.

Dommage à Emtel

Encore une fois  ce sont les contribuables qui auront à payer le demi milliard de roupies après les Rs 19 millions payés à Trilochun en attendant ceux de BAI et Betamax, a-t-il dit.

Situation internationale

Le leader du MMM s’est aussi attardé sur la situation entre l’Amérique et la Corée du Nord, s’inquiétant de la possibilité d’un nouveau Hiroshima. « Mo gagn fre dan ledo kan mo ekout deklasion Trump ki finn pran mo a mo diskour prezidan Truman avan larg bom lor Hiroshima». Il a aussi commenté l’exemption de visa pour se rendre au Qatar où Maurice ne figure pas sur une liste de 80 pays bénéficiaires et la tension entre la Chine et l’Inde qui soutient  le Butan dans la revendication d’ un territoire  par ce dernier et la Chine.

 

Les partis de l’opposition manifestent dans la capitale

MAR

Les partis de l’opposition sont descendus dans les rues de Port-Louis, ce vendredi 11 août. Ils ont tenu à manifester et à faire entendre leurs voix contre la hausse des prix des carburants. La marche a débuté au Champ-de-Mars pour se terminer au jardin de la Compagnie. Tout le long du trajet les participants ont scandé: «Gouvernma zwiser, voler, dominer, lev paké alé. Bizin eleksion general » .

 

MAR

Outre les partis de l’opposition, différentes associations syndicales et autres  y ont aussi participé,

En route, les manifestants assis devant le Prime minister’s Office, ont réclamé la démission du PM, voulant se mettre devant le Parlement, ils ont été refoulés par les policiers. Ensuite ils se sont dirigés vers le jardin la Compagnie, où les représentants des partis politiques présents ont pris la parole.

 Situation préoccupante au sein du secteur tertiaire public 

EDU

Conférence de presse conjointe de la Commission de l’éducation du MMM et la Jeunesse militante, ce jeudi 10 juillet, pour tirer la sonnette d’alarme sur la situation extrêmement préoccupante sinon explosive au sein du secteur tertiaire public.

Le président de la  Commission de l’éducation du MMM, Steve Obeegadoo a demandé en premier lieu où va l’éducation tertiaire. Il a rappelé que l’objectif depuis 15 ans c’est le Khowledge Hub mauricien mais c’est le laisser- faire pendant la période 2005-2014 et que la situation n’a pas changé avec le nouveau gouvernement. Il a expliqué en détails la situation au sein des trois universités : UOM, UTM et l’Université des Mascareignes. Quant à la raison de la situation actuelle c’est l’ingérence politique : 1968 à 2005: 4 vice-chanceliers : Wiehe, Burrenchobay, Manrakhan 16 ans, Mohamedbhai 10 ans mais de 2005 à 2017 : 7 vice-chanceliers. Période catastrophique sous Jeetah et aucune volonté de changement depuis. C’est  le copinage érigé en principe, dit-il ; Pour régler les problèmes ce sont  les interventions du ministère à l’UoM  en citant comme exemple l’affaire Carpouran et plus récemment les protestions estudiantines ; Multiplication d’universités publiques ; Compétition et dispersion des ressources et faiblesses du management  et les Investissements insuffisants et les infrastructures inadéquates.

Lire la suite : COMMISSION DE L’EDUCATION/JEUNESSE MILITANTE :