^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

Paul Bérenger : « Il y a une tentative de ‘cover-up’ dans les saisies de drogue au port »

CONPaul Bérengera fait un survol de l’actualitélors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 25 mars. Il a commenté les saisies de drogue, la rentrée parlementaire et la décision du Directeur des poursuites publiques de ne pas poursuivre Vishnu Lutchmeenaraidoo. Quant à l’affaire Sobrinho, il a demandé de ne pas lever le gel sur ses compagnies et a parlé sur la licence émise par la FSC, en  promettant qu’il viendra en force sur ce sujet prochainement.  

Abordant les récentes saisies de drogue, le leader du MMM a tenu à féliciter les officiers de la douane et la commission anti-drogue qui font leur travail comme il faut. Mais  il a ajouté que «malerezman ena bann komplis dan sa de sektion là». Il a demandé à ces derniers de tenir bon jusqu’à l’arrivée d’un nouveau  gouvernement. Selon ses renseignements, dit-il, « zot finn rann li so paspor  e warn » le principal suspect qui a quitté le pays la veille de la saisie des 135 kilos d’héroïne.  Il est d’avis que «si lapolis, l’ADSU ek ladouann ti fer enn ‘close monitoring’ e si gouvernman ti ena enn vre volonte depi lontan, enn pake dimoun ti pu fini arete». Il y a une tentative de 'cover-up' dans ces saisies de drogue au port, dit-il. «Mo inn gagn linformasyon ki pe manipul bann stamp ek antet ki pe servi dan sa bann ‘case’ la», a-t-il déclaré. Il s’est demandé si cela s’avère être une coïncidence en disant qu’il y a un grand manque d’officiers de l’ADSU au port.

Rentrée parlementaire

Quant à la rentrée parlementaire, il a déclaré qu’il y aura plusieurs «Parliamentary Questions» sur des dossiers brûlants au Parlement mais que celles-ci seront posées en temps et lieu.  «Le MMM jouera pleinement son rôle d’opposition, comme toujours. Nous sommes en faveur d’une coordination entre les partis de l’opposition. Mais il est clair qu’il n’y a aucun rapprochement politique entre le MMM, le PMSD et même Roshi Bhadain. Nous n’oublions pas qu’ils étaient dans le gouvernement jusqu’à tout récemment», a-t-il fait bien comprendre.

Prêt en euros de Vishnu Lutchmeenaraidoo

Commentant la décision du Directeur des poursuites publiques de ne pas poursuivre Vishnu Lutchmeenaraidoo concernant le prêt en euros contracté auprès de la State Bank of Mauritius, le leader du MMM a demandé à la population «qu’il ne faut pas blâmer le DPP». «Avan blam li, fode nou rapel ki li azir lor rapor ki ICAC ek lapolis donn li.», a-t-il fait ressortir. Selon lui,  le ministre des Affaires étrangères, méritait d'être poursuivi pour ce qu'il a fait.

L’affaire Sobrinho

Commentant l’affaire Sobrinho, il a demandé de ne pas lever le gel sur ses compagnies et a parlé sur la licence émise par la FSC, en  promettant qu’il viendra en force sur ce sujet prochainement. Il a une nouvelle fois demandé à la FSC de rendre public la lettre qu’elle a envoyée aux autorités portugaises. Il a aussi promis qu’un prochain gouvernement MMM fera la lumière sur toute l’affaire. Chacun devra assumer ses responsabilités, a-t-il dit.

Paul Bérenger demande à la population d’exiger que le gouvernement rende public l’ « updated feasibility study »

CON

Le MMM a tenu une conférence de  presse, ce mercredi 22 mars, pour commenter le projet Metro Express. Paul Bérenger a déploré le manque de transparence autour  de ce projet. Il a demandé à la population d’exiger que le gouvernement rende public l’« updated feasibility study » de la compagnie Singapour Cooperation Entreprise.

Le leader du MMM,  en premier lieu a remercié l’Inde pour le ‘grant’ de Rs 10 milliards. Mais il a ajouté que c’est le devoir du MMM d’exprimer ses inquiétudes sur ce projet qui pèsera sur les finances du pays pour les 50 prochaines années.

CONIl demande donc au ministre des Infrastructures publiques et du Transport, Nando Bodha d’éclairer la population en rendant public le rapport des Singapouriens. Il rappelle que le ministre des Infrastructures publiques a indiqué, le 15 décembre 2016 en réponse à une Private Notice Question, que la Singapore Cooperation Entreprise avait soumis le rapport mis à jour en août 2016. Et que sur son insistance, le ministre Bodha avait accepté de publier le rapport «le moment venu». «C’était un engagement de la part de Bodha de rendre public le rapport mis à jour», a-t-il dit  Pour lui,  il faut rendre public le rapport de faisabilité mis à jour par la compagnie Singapore Cooperation Entreprise qui détail tout le projet. C’est d’ailleurs à cause d’un manque de transparence que trois banques locales, approchées par le gouvernement, ont refusé de prêter de l’argent pour le financement du projet, selon lui. Il soutient que le coût final de ce projet ne sera pas Rs 17 milliards comme annoncé mais bien au-delà de Rs 25 milliards. Parlant du coût ramené de 25 à Rs 17 milliards, il a demandé si le projet sur pilotis a été abandonné, la raison que le nombre  d'arrêts a été réduit et le refus de rendre public le prix du ticket. Il a aussi déploré que ce projet soit exempté du permis 'Environmental Impact Assessment' paru dans la Government Gazette du 4 mars dernier. Il a cité les risques de bruit, de vibrations et d’atteintes à la sécurité. « L’’Environmental Act’ prévoit des consultations du public et l’adoption des meilleures pratiques internationales. C’est inacceptable que la loi ne sera pas appliquée pour ce projet», a-t-il dit pour conclure.

 

 

Séance houleuse en perspective

PQ

La séance de la reprise des travaux parlementaires, le mardi 28 mars, risque une nouvelle fois d’être houleuse. Avec des sujets tels que  la réforme électorale, la réforme de la pension universelle, la loi anti transfuge, l’enquête initiée sur V. Lutchmeenaraidoo et l’affaire BAI entre autres qui figurent parmi les questions inscrites à l’ordre du jour par les députés du MMM.

Reza Uteem veut savoir du Premier ministre où en est la réforme électorale. Il réclamera  aussi des détails au ministre des Infrastructures publiques sur le réalignement du Ring Road; au ministre de la Bonne gouvernance sur ceux qui ont investi dans le Super Cash Gold et au Bramer Assets Management; et au ministre de la Sécurité sociale sur le comité technique qui va se penser sur la réforme de la pension universelle.

 Rajesh Bhagwan, pour sa part, interrogera le PM par rapport à l’introduction d’une législation ‘anti transfugisme’ comme annoncé par la présidente de la Rébublique dans son discours le 27 janvier 2015. Il veut savoir quand le bill sera circulé et débattu à l’Assemblée nationale. Il interrogera aussi ce dernier sur l’enquête initiée sur l’ex-ministre des Finances V. Lutchmeenaraidoo. Il réclamera aussi des détails au ministre de la Santé sur la ‘Executive director of the Trust Fund for Specialised Care’, Mme Vijaya Samputh et au ministre de la Bonne gouvernance sur l’Integrity Reporting Agency.

Quant à Veda Baloomoody, il veut connaître du Premier ministre quand la ‘Police Complaint Commission’ sera mise sur pied. Il réclamera aussi des détails au ministre ‘Mentor’ sur les services des prisons, spécialement sur les conditions dans lesquelles les officiers sont appelés à travailler et à la ministre de l’Education sur la distribution des ‘tablettes’ aux élèves de Grade 1.

Adil Ameer Meea, de son côté demandera au PM de voir auprès du commissaire de police si une enquête a été initiée par rapport à l’incident impliquant la police et des commerçants à Port Louis en décembre dernier. Au ministre des Affaires étrangères, il veut connaître où en est le projet de mettre sur pied une ambassade en Arabie Saoudite. Il réclamera aussi des détails au ministre de la Bonne gouvernance par rapport au Super Cash Gold et la BAI et au ministre de l’environnement sur le ‘Solar Water Heater Scheme’.

Franco Quirin comme à l’accoutumée interrogera le ministre de la Jeunesse et des Sports. Il veut des détails sur la convention signée entre le Monpellier Hérault Sport Club, la MFA et son ministère et sur l’organisation des 10ème Jeux  de l’Océan Indien à Maurice en 2019. Il interrogera aussi la ministre de l’Education par rapport au lancement des cours de natation pour les élèves du primaire. 

Lire les réponses sur mauritiusassembly.govmu.org  

Paul Bérenger : « Le pays est en état de choc»

CON

Paul Bérenger, lors de la  conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 18 mars, est revenu sur l’affaire Sobrinho. Il a aussi commenté la saisie record de drogue.  Il a rappelé qu’en 1985, il y avait l’affaire Amsterdam Boys. 32 ans plus tard, dit-il, l’histoire se répète, avec cette fois, une saisie record de drogue, dont la valeur marchande est estimée à Rs 2 milliards et qui impliquerait «enn zanfan lakaz».

Je constate que le pays est en état de choc après l’affaire Sobrinho et la saisie record d’une cargaison de drogue, valant Rs 2 milliards, à la douane, a-t-il dit Il a affirmé que la priorité dans  l’immédiat est d’empêcher un «double cover-up». Il a poursuivi en disant qu’il est urgent d’amender la loi pour combattre la corruption, le trafic de drogue et l’enrichissement illégal. Il est urgent, selon lui,  de venir de l’avant avec une nouvelle Declaration of Assets Actpourvue de peines d’emprisonnement, et d’une loi sur le financement des partis politiques. Il a promis de tels amendements lorsque le MMM sera au pouvoir. Pour lui, avant tout, le pays demande, un grand coup de balai.

L’affaire Sobrinho

Parlant de l’affaire Sobrinho, le leader du MMM devait affirmer que, selon ses renseignements, la police ne s’est pas encore penchée sur cette affaire. Il a circulé un document qui démontre, selon lui, que Planet Earth Instituto Ltd est une compagnie et non une ONG. Selon lui, Ameenah Gurib-Fakim a été nommée comme directrice d’une compagnie en juillet 2015, soit un mois après sa nomination comme présidente de la République. « Planet Earth Instituto Ltd est une compagnie et non une ONG ! Elle a été enregistrée à Londres sous la Companies Act en octobre 2010. J’ai circulé aussi un document qui démontre que le 1er juillet 2015, la présidente actuelle de la République a été nommée comme une directrice d’une compagnie. Elle avait été nommée présidente de la République le 5 juin 2015 et le mois suivant, elle a été nommée sur le ‘board’ d’une compagnie. Même si la Présidente dit qu’elle n’a pas obtenu de rémunérations, là n’est pas la question. Le poste de Président de la République est un ‘full time job’. Est-ce légal ? est-ce constitutionnel ? », a-t-il demandé.  Il se demande même si sa nomination en tant que « director » ne contrevient pas au chapitre IV de notre Constitution qui stipule les rôles et responsabilités rattachées à la présidence de la République»Pour lui,  Ameenah Gurib-Fakim s’est disqualifiée comme présidente de la République.