^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

La commission de l’éducation du MMM : «  La manière de faire du GM est inacceptable et indigne»

EDU

Après une réunion urgente hier, la commission de l’éducation du MMM a tenu une conférence de presse, ce vendredi 26 mai, pour dénoncer la manière de faire  inacceptable et indigne du GM. Steve Obeegadoo entouré de Veda Baloomoody, Françoise Labelle et Amyot Perrine a demandé au gouvernement de donner aux étudiants leur certificat et réclamé le gel de la décision concernant les cinq ‘credits’.

Steve Obeegadoo réagissant à la décision du ministère de l’Education de retenir les certificats des collégiens qui n’ont pas remboursé les frais du School Certificate (SC) et duHigher School Certificate(HSC) n’a pas été tendre envers la ministre de l’Education. Après avoir fait l’historique de ce problème qui était comme une épée de Damoclès à la veille des examens en 2016 et l’intervention du MMM le 7 sept 2016, a déclaré : «Nou pa kone komie zelev konserne me selon nou ena anviron 2 000 ki pa pu gagn zot sertifika. Ena bann zelev ki bizin prodwir zot sertifika pu rant dan Lower VI et ena pu rant liniversite», a-t-il dit. Pour lui, il y a eu un complot au sujet des frais d’examens. Il a demandé au ministère de l’Education de faire preuve de bon sens et de revenir sur sa décision. «Nous demandons au gouvernement d’oublier l’année 2016 et de revoir toutes les conditions rattachées au secteur de l’éducation», a-t-il fait ressortir. Et de se demander si le Conseil des ministres a approuvé cette décision et si le Parquet en a été informé.

‘5 Credits’ exigés pour le HSC

Commentant la mesure concernant l’obtention de cinq ‘creditspour pouvoir prendre part aux examens, il se dit contre cette décision. «Madame Dookun pe agir kouma enn otokrat. HSC finn depase. La plipar bann zelev zordi zot pena 5 credits. HSC pa prepar bann zelev pou le mond di travay», a-t-il déclaré. «Dan ki demokrasi enn gouvernma fer santaz. Li inakseptab. Li ni moral ni legal…» II a ajouté que le MMM demande le gel de cette décision en attendant des explications. Il demande : « De ceux qui réussissent au SC, combien obtiennent 3 ou 5 credits respectivement et de ceux admis en LVI en 2017, combien ne détiennent pas 5 credits ». Il demande aussi  les résultats au HSC de ceux n’ayant pas 5 ‘credits’ et les établissements qu’ils fréquentaient.

Il a conclu en disant : « La démocratie et la bonne gouvernance à l’Éducation Nationale comme ailleurs exigent le respect de l’opinion publique et des partenaires de l’État. Le MMM s’oppose à toute tentative d’imposer des décisions précipitées et non justifiées à l’encontre des élèves, et de leurs parents, des enseignants ainsi que des partenaires qui ont permis d’offrir l’éducation à tous. Le MMM dit non à la répression et à la dictature ! »

Budget 2016/2017 : Catalogue de promesses non tenues

ECO

La commission économique du MMM a tenu une conférence de presse, ce jeudi 25 mai, pour faire le bilan d’un an du budget 2016/2017. Reza Uteem en compagnie de Pradeep Jeeha, Steeve Obeegadoo, Sanjeeven Permal, Lockraj Nuckcheddy et Vijay Makhan a déclaré que le dernier budget présenté par Pravind Jugnauth n’a été qu’un catalogue  de promesses non tenues. Il a passé en revue l’action du gouvernement sur l’emploi, la croissance économique, la lutte contre la pauvreté ou encore l’aide aux petites et moyennes entreprises en démontrant qu’aucune des dix mesures phares de ce budget  n’a été réalisée.

Citant les dix mesures phares de ce budget : (1) Fostering a wave of modern entrepreneurs, dit-il,  le PME se retrouve au creux de la vague en rappelant que Vishnu Lutchmeenaraidoo avait prévu Rs 10 milliards mais répondant à une PNQ de Paul Bérenger le 11 avril dernier,  le ministre Bholah avait déclaré que la Maubank n’a distribué que Rs 71.25 millioons ; (2) Creating more job opportunities for all, des 7000 emplois promis on constate que  300 de plus ; (3) Entering a new economic cycle focussing on innovation, boosting exports and private investments : des promesses non tenues à l’instar de la rafinnerie d’Albion et les autres ; (4) Moving towards a fully -fledged  digital society, il a fait ressortir que la vitesse de connectivité  est lente et le prix n’a pas baissé ; (5) Reforming Business facilitation and expanding economic, pour lui, le BOI est devenu qu’une stop shop et il y a une prolifération de courtiers ; (6) Building infrastructure that fits into the future, il demande combien a été dépensé de ce budget de Rs 19 milliards ? (7) Lifting quality of life for one and all, le plus grand échec, dit-il,  en citant les promesses pour résoudre le problème de l’eau ; (8) Addressing root causes of property,  il a démontré chiffres à l’appui après les réponses à des PNQ, que 14 000 familles ne sont plus éligibles ; (9) Launching a major public reform program, parlant de la réforme du secteur public, il a eu ceci à dire : «  Olie met lord  se bal ti kopin dan korparaetatik » ; et (10) Ensuring macroeconomic stability and sound public finances, il a rappelé que le ministre des Finances avait prévu un taux de croissance de 4.1% mais que cette dernière serait moins de 3.8% et la dette publique : 62.5% pour 2016/17.

 

 

Paul Bérenger: « C’est le MSM, Bhadain, le PMSD et le Parti travailliste qui partagent la responsabilité de ce drame»

-Budget 2017/2018 : Pravind Jugnauth présentera un deuxième budget à courte vue  et  c’est dans deux ou trois ans que la crise économique frappera le pays, selon lui.

CON

Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 20 mai, Paul Bérenger a condamné le renvoi du Parlement,  il a aussi commenté l’affaire BAI et la grève de la faim, le Central Procurement Board et l’Independent Review Panel et le changement de nom de l’aéroport de Plaine-Corail.

En premier lieu, Paul Bérenger a condamné le renvoi du Parlement jusqu’à la présentation du budget le 8 juin prochain. En attendant, dit-il, « pou ena sinema abituel lor bidze». Pour lui, il n’y a pas de doute que Pravind Jugnauth présentera un deuxième budget à  courte vueavec beaucoup d’effets d’annonce qui hypothéquera l’avenir du pays à jamais. Selon lui, c’est dans deux ou trois ans que la crise économique frappera le pays si les choses se poursuivent dans la même direction. Il estime que c’est le prochain gouvernement qui héritera d’une situation économique très difficile.

Le leader du MMM abordant  l’affaire BAI a déploré qu’il y ait une formule « pa mwa sa, li sa » qui persiste. Il qualifie cela d’indécent. Il souligne que l’histoire a déjà retenu que c’est le MSM, Bhadain, le PMSD et le Parti travailliste qui partagent la responsabilité de ce drame. Il dit qu’il est urgent de trouver une solution au problème de remboursement des clients du Super Cash Back Gold et de Bramer Asset Management. «Aujourd’hui, sans plus tarder, le gouvernement doit tenir parole et respecter ses engagements. Il lui faut proposer des solutions d’urgence. Les choses se détériorent avec la grève de la faim. Pravind Jugnauth, en sa double capacité de Premier ministre et ministre des Finances, fui ses responsabilités», selon lui. Il lance un appel à toute la population, indépendamment de leur appartenance politique, de faire preuve de solidarité envers les victimes de la BAI. Il a ajouté :«Le MMM salue le courage de toutes les personnes qui mènent cette lutte, et en particulier, la députée Danielle Selvon, ainsi que les autres femmes qui sont en grève de la faim.»

Central Procurement Board et l’Independent Review Panel

 Autre point abordé, le Central Procurement Board et l’Independent Review Panel. Selon lui, il y a des menaces directesde la part du gouvernement. Il adresse une mise en garde à Pravind Jugnauth. Il lui demande de ne pas profiter du budget et du Finance Bill pour faire des amendements à la loi en catimini, avec, pour but, d’affaiblir ou d’éliminer le Central Procurement Board et l’Independent Review Panel. « La plipar de bann institisyon inn gangrene, inn pourri », dit-il-il. Ces deux institutions sont parmi deux rares institutions qui n’ont pas été polluées, dit-il.

Le changement de nom de l’aéroport de Plaine-Corail

Il a aussi tenu  à commenter le changement de nom de l’aéroport de Plaine-Corail.  « Il est dommage et triste qu’on en soit arrivé là», souligne-t-il. Il n’y avait pas lieu de changer d’appellation en 2008, selon lui. De plus, il déplore le langage  ordurier  de Mamade Kodabaccus, secrétaire général du PMSD lors du congrès anniversaire de ce parti. Il a ajouté que « sa inn provok enn reaksyon dan Rodrigues».

Ils disent  ne pas comprendre pourquoi le gouvernement n’accorde pas un traitement équitable aux victimes de SCBG et de BAM

ADI

Après les grévistes de la faim du jardin de la Compagnie, au tour de ceux de la Vidur Cooperative Society, à Belle-Vue Maurel, de recevoir la visite des dirigeants du MMM. Ariane Navarre Marie, Veda Baloomoody, Aadil Ameer Meea ainsi que Sanjeeven Permal se sont rendus au chevet de ces 5 grévistes de la faim à Belle Vue Maurel, ce mercredi 17 mai. Ils disent ne pas comprendre pourquoi le gouvernement n’accorde pas un traitement équitable aux personnes qui ont placé leur argent à la BAI à travers des sociétés coopératives. Ils déplorent aussi qu’aucun député de la circonscription membre de la majorité n’ait fait le déplacement pour rendre visite à ces derniers. Rappelons que des membres de cette coopérative ont entamé  une grève de la faim depuis le jeudi 11 mai pour réclamer le remboursement des Rs 72 millions qu’ils ont investies dans les plans Super Cash Back Gold et Bramer Asset Management.