^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

Paul Bérenger : «Ce budget est irresponsable et insoutenable»

CON

Lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 10 juin Paul Bérenger est revenu sur le budget. Il a aussi commenté le dossier Agalega et l’affaire Betamax.

Commentant une nouvelle fois ce budget présenté ce  jeudi 8 juin par Pravind Jugnauth, Paul Bérenger a répété  que la relance économique ne sera pas au rendez-vous pour l’année financière à venir. Pour lui, ce budget est dangereux, irresponsable et «unsustainable». «Comme l’année dernière, de nombreuses mesures annoncées ne pourront être concrétisées», dit-il. Selon lui, tous les économistes sérieux ont fait le même constat dans leurs analyses. Ce budget n’aurait pas été possible sans des revenus exceptionnels que l’Etat a eus. «Rs 6 milliards vont entrer dans les caisses de l’Etat après la dissolution de deux fonds d’investissements. Puis, il y a les Rs 4.5 milliards en provenance de l’Inde, et Rs 5.4 milliards comme autres grants» a-t-il fait ressortir. Mais ces revenus sont des «one off» qui ne vont pas perdurer, a-t-il ajouté. Paul Bérenger a rappelé que l’année dernière, Pravind Jugnauth avait annoncé une croissance de 4.1%. Mais elle n’a pas dépassé la barre des 4%. «Il a annoncé 4.1% à nouveau pour l’année financière 2017-2018. Mais elle sera en dessous de l’année dernière» a-t-il dit. Le gouvernement ne dépense pas assez, selon lui, en citant l’exemple de l’année dernière où le gouvernement n’avait pas dépensé un tiers du Capital Estimates, c’est-a-dire, Rs 7 milliards au lieu de Rs 10 milliards. Si tous ces éléments sont pris en considération, dit-il,  le déficit budgétaire ne sera pas de 3,2% du PIB comme annoncé mais tournera autour de 5,3%. « C’est énorme, c’est pour cela que je parle d’irresponsabilité» a-t-il soutenu. Le leader du MMM estime que durant la prochaine année financière, il faudra revoir les prévisions faites. « C’est un Budget à court terme et d'ici deux ans, Maurice va se retrouver dans une situation difficile avec la fin de l'imposition du Capital Gains Tax. Les milliards qui passent à travers l'offshore mauricien iront en Inde », souligne le leader du MMM. Il se dit « bien trakase » pour le secteur offshore. « Ce budget comporte aussi plusieurs mesures électoralistes, dit-il, et plus tôt se tiennent les élections générales, mieux le pays s’en portera. Les jeunes sont prêts à balayer ce gouvernement hors du pouvoir » a-t-il ajouté en citant l'exemple des jeunes lors des dernières élection en Grande Bretagne. Il trouve inacceptable que le Premier ministre n’a soufflé mot sur le Metro express, les victimes de Super Cash Back Gold et la bande sonore dans l’affaire BAI.

Le dossier Agalega

Paul Bérenger est aussi revenu sur le dossier Agalega. Il réclame que les trois documents  soient rendus publics  afin d'éviter le climat de doute sur ce dossier : 1) le Memorandum of Understanding de 2015 entre l'Inde et Maurice sur le financement de construction d’une piste d’atterrissage et d’une jetée à Agalega ; 2) le Detailed Project Plan évoqué au Parlement par le ministre Mahen Jhugroo en avril et 3) le Maritime Security Agreement que le PM a signé récemment.

L’affaire Betamax

Pour le leader du MMM, c’est un mauvais signal que le gouvernement envoie aux investisseurs en laissant entendre qu’il ne compte pas appliquer la décision du tribunal d’arbitrage de Singapour. En refusant de payer les Rs 4,5 milliards dus à Betamax pour la rupture du contrat de transport des carburants de la State Trading Corporation, il estime que les investisseurs étrangers auront désormais des doutes sur la capacité de l’Etat à se soumettre aux règles qu’il s’engage à respecter.