^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

 

Le PM doit des explications à la population dès son retour au pays

CON

Paul Bérenger a commenté une bande-son dans le sillage de l’affaire BAI, lors de la conférence de presse hebdomadaire du MMM, ce samedi 27 mai. La visite du PM en Inde, les problèmes dans le secteur éducatif et la grippe H1N1 ont aussi fait l’objet de ses commentaires.

Le leader du MMM  commentant cette bande-son dans le sillage de l’affaire BAI, lors d’une rencontre entre Sattar Hajee Abdoula, Swadeck Taher et Dawood Rawat dans laquelle une proposition aurait été faite à ce dernier, dit vouloir connaître le rôle qu’a joué le Premier mimistre et la motivation derrière. Pour lui,  toute cette affaire est choquante. «Monn pran lapenn ekout son la. Ki rol Pravind Jugnauth ine zwe ladan ? Kapav rekonet so lawva kan li pe koz ek so komper Sattar Hajee Abdoula», a-t-il ajouté. C’est la raison pour laquelle il a lancé un appel au PM pour qu’il s’explique sur toute cette affaire dès son retour au pays. «Li bizin dir nou ki ete sa. Li depass lous  sa zafer la. Anplis pe menas la fami Rawat, li degoutan ek ilegal. Si li anvi kikenn pran li o serie li bizin vinn explik li. Kan li rant Moris li bizin vinn dir tou laverite si li ena loner.» En attendant l’ancien administrateur de la BAI, Sattar Hajee Abdoula «fini diskalifié kompletman pou siez lor komision denket dan zafer Britam. Parey kouma l’ex-ziz Domah», a fait ressortir le leader du MMM

La visite du PM en Inde

Le leader du MMM pense que Pravind Jugnauth a suscité des espoirs qui pourraient être déçus chez les anciens clients de la BAI. Pour lui, il est crucial de savoir si c’est un don ou une ligne de crédit qu’offrira l’Inde à Maurice afin que l’Etat honore ses engagements envers les clients Super Cash Back Gold et de Bramer Asset Management. Un prêt, rappelle-t-il,  pourrait aggraver de manière conséquente la situation de la dette publique dans le pays.

Secteur éducatif

Il a également commenté les problèmes dans le secteur éducatif. «Nou asosie nou a seki Steve Obeegadoo inn dir yer et avek bann etudian la. Apel kokin sa. Du jour au lendemain on ne peut pas changer les règlements. C’est inacceptable et immorale», a-t-il fait ressortir.

Grippe H1N1

Quant à la grippe qui sévit dans le pays en ce moment,  il a demandé au ministère de la Santé de révéler combien de cas de grippes H1N1 ont été répertoriés. «Olie fer enn kominike ofiiel, zot pe fer deklarasyon anonym. Pe dir pena ka me pe dir ena lagrip pli virilan. Ki ete sa ? Komie ka ena ? Meyer fason pou pa kre panik se tir enn kominike ofisiel