^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Facebook Likebox



Annonces Google

Paul Bérenger demande à la population d’exiger que le gouvernement rende public l’ « updated feasibility study »

CON

Le MMM a tenu une conférence de  presse, ce mercredi 22 mars, pour commenter le projet Metro Express. Paul Bérenger a déploré le manque de transparence autour  de ce projet. Il a demandé à la population d’exiger que le gouvernement rende public l’« updated feasibility study » de la compagnie Singapour Cooperation Entreprise.

Le leader du MMM,  en premier lieu a remercié l’Inde pour le ‘grant’ de Rs 10 milliards. Mais il a ajouté que c’est le devoir du MMM d’exprimer ses inquiétudes sur ce projet qui pèsera sur les finances du pays pour les 50 prochaines années.

CONIl demande donc au ministre des Infrastructures publiques et du Transport, Nando Bodha d’éclairer la population en rendant public le rapport des Singapouriens. Il rappelle que le ministre des Infrastructures publiques a indiqué, le 15 décembre 2016 en réponse à une Private Notice Question, que la Singapore Cooperation Entreprise avait soumis le rapport mis à jour en août 2016. Et que sur son insistance, le ministre Bodha avait accepté de publier le rapport «le moment venu». «C’était un engagement de la part de Bodha de rendre public le rapport mis à jour», a-t-il dit  Pour lui,  il faut rendre public le rapport de faisabilité mis à jour par la compagnie Singapore Cooperation Entreprise qui détail tout le projet. C’est d’ailleurs à cause d’un manque de transparence que trois banques locales, approchées par le gouvernement, ont refusé de prêter de l’argent pour le financement du projet, selon lui. Il soutient que le coût final de ce projet ne sera pas Rs 17 milliards comme annoncé mais bien au-delà de Rs 25 milliards. Parlant du coût ramené de 25 à Rs 17 milliards, il a demandé si le projet sur pilotis a été abandonné, la raison que le nombre  d'arrêts a été réduit et le refus de rendre public le prix du ticket. Il a aussi déploré que ce projet soit exempté du permis 'Environmental Impact Assessment' paru dans la Government Gazette du 4 mars dernier. Il a cité les risques de bruit, de vibrations et d’atteintes à la sécurité. « L’’Environmental Act’ prévoit des consultations du public et l’adoption des meilleures pratiques internationales. C’est inacceptable que la loi ne sera pas appliquée pour ce projet», a-t-il dit pour conclure.