DEBATS BUDGETAIRES

CON

Les députés MMM/MSM n’assisteront pas aux discours des derniers orateurs


CON


Lors de la conférence de presse du Remake, samedi, Paul Bérenger a annoncé que les  députés MMM/MSM boycotteront les discours des derniers orateurs. Sir Anerood Jugnauth, pour sa part, est revenu sur les mesures annoncées dans le discours du Budget 2014.

 

Revenant  sur le walk-out de l’opposition à l’Assemblée nationale, vendredi soir, Paul Bérenger a réitéré son désaccord au sujet de la liste des orateurs devant intervenir sur le Budget 2014. Pour lui, ce n’est là qu’un caprice de plus de Navin Ramgoolam.  La majorité a prévu, selon Paul Bérenger, qu’Anil Bachoo, Rashid Beebeejaun, Navin Ramgoolam et Xavier-Luc Duval  concluent ces débats mardi. « C’est du jamais vu. C’est la première fois qu’il est prévu que quatre ministres prennent la parole successivement. Traditionnellement, un membre de l’opposition intervient avant le Premier ministre. Mais Ramgoolam en a décidé autrement », a lancé Paul Bérenger.

C’est  la raison de la colère des députés MMM et MSM, qui ont effectué un walk-out vendredi, a-t-il ajouté. Steeve Obeegadoo, Alan Ganoo et Pravind Jugnauth, qui devaient intervenir ce jour-là, ne l’ont pas fait. Quant à l’attitude adoptée par le Speaker, Paul Bérenger explique « que dans ce cas il pouvait et devait ‘put his foot down’ au nom du ‘fair play’ étant donné que l’on s’était retrouvé dans une impasse ». Razack Peeroo, selon lui, n’a pas adopté cette voie  parce qu’il a peur de Ramgoolam ».

 Le leader du MMM a annoncé que les députés MMM/MSM n’assisteront pas aux discours des derniers orateurs mardi. Ils participeront néanmoins au Committe of Supply, qui débutera juste après le summing-up de Xavier Duval, pour se pencher sur les dotations budgétaires des divers ministères, a-t-il dit. Pour Paul Bérenger, toute cette affaire vient une nouvelle fois démontrer que Ramgoolam est un faux démocrate, après c’est qu’est advenu de la réforme électorale et de la MBC. Il a promis qu’un nouveau gouvernement du Remake fera de l’Assemblée nationale un Parlement modèle, procédera à une vraie réforme électorale tout en instaurant un cadre légal pour le financement des partis politiques, redonnera à la MBC ses lettres de noblesse, introduira la télévision privée, adoptera une nouvelle loi en vue d’une vraie démocratie régionale et introduira le droit de vote à 16 ans.

 

L’enseignement supérieur

 

Abordant l’enseignement supérieur, le leader du MMM a déclaré que le fait même que le gouvernement mauricien est allé sollicité le secours des autorités indiennes dans le cas des six établissements dont EIILM University, vient confirmer, selon lui, que ces institutions fonctionnent illégalement et que les diplômes qu’elles délivraient n’avaient aucune valeur. Paul Bérenger a ajouté que le Remake sympathise avec ces malheureuses victimes de Jeetah et de la TEC ainsi qu’avec les membres de leurs familles. Il a une nouvelle fois réclamé la démission de Jeetah en disant qu’il devra rendre des comptes plus tard.


 

SAJ : « Rien pour la relance de l’investissement et de la création d’emplois »

 

Revenant sur le Budget 2014, sir Anerood Jugnauth (SAJ) a déclaré que le ministre des Finances, était sans conviction lors de son discours. Ce dernier paraissait agacé et donnait l’impression qu’on lui avait imposé des choses, a-t-il ajouté. Pour lui, les mesures annoncées pèchent par manque d’inspiration en vue de la relance de l’investissement et de la création d’emplois comme souligné par beaucoup d’économistes dont Pierre Dinan. SAJ est revenu sur plusieurs mesures du Budget 2014. Au sujet du retour des clubs de football traditionnels, il a  tenu à apporter un démenti  aux propos du ministre des Sports,  Devanand Rittoo.

Ce dernier avait laissé entendre que SAJ était contre le projet de régionalisation. « C’est complètement faux. Devanand Rittoo mérite un carton rouge », a déclaré SAJ. Selon lui, la relance du football passe par la mise sur pied d’une école de football et des investissements massifs sur le plan des infrastructures.


 CON Autre point soulevé : le concept de 9-Year Schooling. Selon lui, ce projet a été annoncé  sans planification et dans la pagaille. SAJ a affiché un certain scepticisme quant à l’introduction de cette mesure, soulignant qu’il pourrait s’agir  une fois de plus d’un effet d’annonce. Il a critiqué ce projet, tout en précisant que Xavier Duval  a été forcé par le Premier ministre d’inclure cette mesure dans son discours. Idem concernant le projet de télévision privée. SAJ a déclaré que « c’est sur les instructions du Premier ministre » que le ministre des Finances a annoncé que les chaînes de télévision ne pourront avoir des bulletins d’informations.